Produit CORSU E RIBELLU

X

Le premier ministre écossais, Alex Salmond, a rendu public la date approximative du référendum qu’il pense convoquer pour que les Écossais décident s’ils veulent que leur pays devienne indépendant du Royaume-Uni. Salmond veut que la consultation ait lieu à l’automne 2014. Mais le premier ministre britannique, David Cameron, a déclaré lundi que le référendum devrait être organisé avant au mieux 2012 ou 2013. Ce calendrier correspond aux calculs des deux politiciens qui estiment la date au mieux pour pour gagner le vote. Mais que disent les sondages d’opinion ?

Historiquement, les enquêtes montraient qu’une majorité d’Écossais rejetaient l’indépendance du Royaume-Uni. Et pourtant, en 1979 les nationalistes écossais ont pu faire approuver un statut d’autonomie pour leur pays (malgré une marge de manoeuvre très faible et des règles de participation au vote controversées). En 1997, par contre, le « oui » l’a emporté avec une large avance et les institutions autonomes ont pu être constituées.

Peut-on estimer que le support à l’indépendance a augmenté pendant la période d’autonomie ? Il semble clair que oui, parce que, contrètement dans toutes les enquêtes qui ont été faites pendant ces dernières années, le pourcentage d’indépendantistes est resté au dessus de 30 %. Les enquêtes montrent que depuis 2010 quelques pics où le « oui » serait succeptible de l’emporter, même s’il est aussi vrai que la plupart des études augurent une victoire du « non ».

Ainsi, les études les plus favorables à la position du gouvernement de Salmond sont les plus récentes. En septembre dernier, The Herald publiait un sondage où 39 % disait qu’il voterait pour la sécession, tandis que 38 % s’y opposait, enquête réalisée sur un échantillon de 1.007 personnes. Les résultats étaient encore plus favorables dans le sondage de The Independent du mois d’octobre : le support au « oui » y attaignait jusqu’à 49 %, tandis que le non plafonnait à 37 %.

L’opposition à l’indépendance se situe à nouveau devant 2012

Mais le chemin ne sera pas facile pour les pro-indépendantistes, comme le montre le sondage le plus récent, élaboré par le think tank British Future, qui assure que 57 % des Écossais rejettent l’indépendance, qui serait désirée par seulement 29 %. Un mois plus tôt, l’institut de sondage Ipsos-MORI évaluait ces chiffres, respectivement, à 58 % et à 35 %, bien qu’ils admettaient deux faits nouveaux : le support à l’indépendance monte rapidement et l’électorat indépendantiste est plus mobilisé que l’unioniste.

C’est à la lumière de ces dernières données que, probablement, il faut interpréter la hâte de Cameron pour que le référendum soit organisé dans les meilleurs délais. De plus, Salmond souhaite que le vote soit possible dès 16 ou 17 ans. Les études d’opinion détectent aussi que le support à l’indépendance est plus fort auprès des jeunes.

Article traduit du catalan : MónDivers.cat est partenaire d’Eurominority.eu

(Source : MónDivers)

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur  :