X

(Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org – Corse – Lutte Armée – In Mimoria) Capu di Muru. Dans la nuit du 9 au 10 janvier 1984, Stefanu Cardi, militant du FLNC, était tué au cours d’une opération clandestine, par l’explosion prématurée de la charge qui visait la résidence du Dr. Aboulker. Son compagnon, Raphaël Bueni, était grièvement blessé.

Stefanu Cardi est mort en combattant, au cours d’une action militante éminemment politique : celle de la défense de la terre de Corse contre l’accaparement colonial et la colonisation de peuplement. Le mouvement national lui rend hommage en emplatrant la ville d’affiche (voir ci dessous).

Cette disparition avait marqué les esprits. Stefanu Cardi caractérisait la justesse d’une lutte, face à l’Etat français. Le 14 janvier, des milliers de personnes lui rendirent hommage dans son village de Sarrera. L’émotion et le recueillement, témoignaient d’une symbiose entre le patriote disparu, la terre et son peuple venu l’accompagner.

Malgré une forte présence policière, 6 membres du FLNC firent leur apparition, au milieu de la foule solidaire, portèrent le cercueil de Stefanu Cardi, avant de tirer plusieurs salves en son honneur.

Le 25 juillet 1987, un commando du Front rasa définitivement la villa Aboulker. Le martyr de Stefanu Cardi restera gravé dans l’histoire de la lutte du peuple corse. Tout le sens d’un combat était en Stefanu Cardi.

Le 14 JANVIER 1984 : Le F.L.N.C rend hommage à STEFANU CARDI lors de ces obsèques, des incidents ont lieu entre forces de répression et nationalistes. Les forces de répression ont tenté d’intervenir pour interpeller le commando venu rendre hommage à Stefanu Cardi, heureusement des centaines de personnes se sont interposés et se sont opposés aux forces de l’ordre.

Le FLNC déclarera lors des obsèques : 

« Prima di tuttu, tinimu à rende à u nostru fratellu, Stefanu Cardi, à tutta a so famiglia, un umaggiu smisuratu pè u so sacrifiziu, pè a nostra lotta, pè u nostru populu, pè a nostra storia.

Stefanu Cardi hè u nostru caru fratellu di lotta. U so sacrifiziu interpilleghja a cuscenza culletiva di u nostru populu, com’ella interpilleghja tutte e classe pulitiche chì neganu u prublema naziunale corsu. Sarà aghjà ch’ellu ci voli altri morti, altri sacrifizii, per chì omu si dicirghi per fine à discorre sinceramente d’un prublema chè a storia à vene ùn si pò francà. A morte tragica di u nostru fratellu Stefanu Cardi hè più chè a ripressione pulitica, u risicu corsu da ognunu di i nostri militanti pè a nostra lotta ghjusta.

Quessa devi dà à riflette nant’à a dimensione di a nostra lotta, l ‘ ingaghjamentu di i nostri patriotti. È ammutulì à casu tutti quelli chì ci danu lizzione di curagiu. A nostra lotta, ghjusta, storica, hà disgraziosamente i so martiri, i so eroi chì ci danu più forza chì mai. A storia, dumani, ci numarà i so traditori ».

FLNC

Vidéo de l’enterrement de Stefanu Cardi :

Résumé des années 80 :

 

Pensu à tè, Stefanu Cardi,
À tè, o marturiatu !
S’elli ùn sò Corsi bastardi
Nimu di tè s’hè scurdatu.
Trà tutti li nostri morti
Ghjè lu to nome stimatu.

Petru Ghisoni (Strattu di u puema “Pensu” scrittu u 27 di ghjennaghju di u 1989)

Sa page hommage sur Unità Naziunale

L’année 1984 dans STORIA CORSA

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)