X
Dans sa dernière conférence de presse le mouvement indépendantiste a mis l’accent sur ce qu’il a appelé ”la dérive mafieuse” de la société Corse et a tracé les pistes des remèdes qu’il y voit. Fidèle à sa logique il n’a bien entendu pas commenté la récente exécution par un commando du FLNC d’un individu que celui ci suspectait d’avoir assassiné l’un des siens. Pierre-Antoine TOMASI a en particulier mis en cause  l’État: “En engageant l’ensemble de ses moyens répressifs contre le mouvement patriotique, il a laissé prospérer les groupes mafieux et se développer le trafic de drogue. Les élus clientélistes portent également leur part de responsabilité, notamment ceux qui ont parlé de « désanctuariser la Corse”. Je partage largement le point de vue exprimé par le dirigeant nationaliste. Je me souviens d’un haut responsable du ministère de la justice en Corse me tendant un courrier qu’il adressait à son ministre, dans lequel il protestait contre la radiation du fichier du grand banditisme d’une dizaine de grands voyous. Devant mon étonnement il poursuivait, et en rendait responsable un très haut fonctionnaire de la police judiciaire: cet homme, affirmait il, a passé un pacte avec les voyous, et c’est extrêmement grave pour l’avenir de votre Île. Il avait hélas raison,et nous récoltons aujourd’hui, il faut le dire clairement, les fruits empoisonnés de cette politique irresponsable. Il est vrai qu’il était plus facile et plus gratifiant à l’époque pour quelques hauts personnages de l’Etat de rafler avant le 20 heures de TF1 une trentaine de nationalistes, quitte à en élargir le plus grand nombre 48 heures plus tard, que de poursuivre les malfrats. Si je partage le diagnostic de Corsica Libera, je suis plus réservé sur les mesures préconisées pour mettre fin à cette dérive. Bien sûr, sur le long terme c’est par le développement que nous trouverons la sortie par le haut de cette situation délétère, tout comme il est clair que c’est en s’attaquant à la spéculation foncière et plus largement à l’affairisme qui infecte notre économie que l’on obtiendra les résultats les plus probants. Naturellement il faut se pencher sérieusement sur les différents scénarios qui pourraient conduire à un contrôle des transactions immobilières par des mesures restreignant l’acquisition de terrains à vocation touristique pour les non résidents. Le Brésil, que je connais bien, a pris il y a quelques années des mesures interdisant à un non brésilien d’acquérir plus de 5000 ha de terres agricoles,

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet