Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 17 septembre 2018 à 14h30)  Un incident plus que regrettable s’est produit dès la rentrée scolaire dans le lycée du fiumorbu où un enseignant français s’est permis d’interpeller un élève pour avoir dit deux mots en langue corse.
« Sò quì ».

Corsica Libera s’élève contre ce comportement inadmissible d’un fonctionnaire en mission chez nous. Au delà de l’excès de zèle il faut observer la complicité du corps éducatif du lycée en question lequel a défendu bec et ongle son fonctionnaire.

Au moment où l’agrégation en langue corse est supprimé par Paris, nous demandons à nos élus, à l’exécutif de la collectivité et autres militants élus, qu’ils affirment avec force l’attachement viscéral d’un Peuple à sa langue.

Nous exigeons de l’administration française le départ du fonctionnaire enseignant défaillant.

Corsica Libera


Un incidente più chì dispiacevule hè accadutu à tempu a rientrata in u liceu di u Fium’orbu, duve un insignante francese s’hè permessu d’apustrufà un scularu chì avia dettu duie parolle in corsu : « Sò quì ».

Corsica Libera s’alza contru à issu cumpurtamentu inaccettevule d’un funziunariu missiunatu ind’è noi. Aldilà di l’abusu di zelu, ci si tocca à usservà a cunnivenza di a squatra educativa di u liceu chì hà difesu sgrinfie è beccu u so prufessore. Allora ch’ell’hè stata cancellata l’agregazione in lingua corsa da Parigi, Corsica Libera dumanda à i so eletti, à l’eletti di l’esecutivu, è à tutti l’eletti di Corsica ch’elli accertinu cun forza l’affettu di u nostru populu à a so lingua.

Rivendichemu dinù di l’amministrazione francese a partenza di u so funziunariu, insignante in difettu.