Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 25 janvier 2018 – 14h30A l’occasion de la venue en Corse d’Emmanuel Macron (6 février 2018), et de la commémoration des 20 ans de l’assassinat du Préfet Erignac, l’idée d’une « Réconciliation » entre la Corse, le peuple corse  (à travers ses représentants élus et des représentants de la société civile, -avec les mouvements en lutte-),  et l’Etat français revient à la une de l’actualité…

C’est à l’évidence une chose louable qui est depuis longtemps au cœur des demandes de « Résolution de la Question politique corse » formulées par les mouvements de contestation et de lutte en Corse…

Mais cet objectif est consubstantiel du Règlement politique de la question corse… La Réconciliation, tout comme la « Résolution du conflit » ne peut être l’apanage d’une seule partie. Elle ne peut en aucun cas se décréter unilatéralement, sinon elle rejoint les vœux, certes louables mais vains, en rapport avec un engagement humaniste ou religieux, en restant seulement (malheureusement/vainement) du domaine de la seule compassion

La Réconciliation pour sortir d’un conflit d’essence politique

C’ est une phase nécessaire,  mais elle doit faire partie d’un ensemble de constats/décisions/objectifs en rapport avec le conflit (raisons/causes/ conséquences/solutions) en vue d’une « Solution politique » et ne doit pas être mise en route par une seule des parties concernées. Elle doit émaner réciproquement des deux (ou des différentes parties en conflit) et avoir pour objectif immédiat  et à long terme mettre fin à « toutes les violences » entre les parties concernées….

Mais toute Réconciliation exige

– Que la réalité du conflit et sa nature politique soient d’abord reconnues par les parties concernées

– Que les deux ou différentes parties prenantes du conflit s’engagent, après des contacts, des pourparlers plus ou moins officieux puis officiels, à mettre en place puis à conduire de véritables négociations politiques sur la base d’un échéancier dans le temps accepté et validé par les deux ou différentes parties…

– Que la libération des détenus politiques soit mise en route avec à la clé une loi d’amnistie pour eux, les recherchés et tous les auteurs de faits en relation avec le conflit politique

– Que la Réconciliation entre les deux parties,ou les différentes parties, prenne en compte (au-delà des auteurs) la situation des victimes de ce conflit, des deux côtés ou de tous les côtés) une nécessité et un passage incontournable et obligé dans le cadre de cette Réconciliation (vers la Resolution du conflit) Et que des procédures de compensation et de réhabilitation soient décidées au profit des victimes des deux (ou différents) camps…

Par Petru Poggioli –> LIRE LA SUITE SUR CE LIEN