Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 19 janvier 2018 – 11h200) 15 ans qu’Yvan Colonna est incarcéré pour le meurtre du préfet Claude Erignac. Il a toujours nié son implication et, fait marquant, la justice elle-même, malgré trois procès, n’est pas parvenue à l’établir, au point qu’Yvan Colonna n’a pas été condamné à la peine incompressible qui était réservée à l’assassinat du préfet.

Ainsi, condamné à 22 ans de prison, il sera libérable dans trois ans. En attendant, ce même système judiciaire lui colle l’étiquette de «Détenu particulièrement signalé » (DPS) qui l’empêche d’envisager sereinement un rapprochement et règlemente de façon injuste sa détention, en limitant ses déplacements, les activités possibles en prison, les visites de proches.

Une nouvelle demande de levée de ce statut particulier vient d’être à nouveau rejetée par le Conseil d’Etat. Cela relève de l’acharnement judiciaire.

Les DPS sont généralement incarcérés dans une Maison Centrale, qui accueille les condamnés à de longues peines. Les prisons de l’île, même la plus récente à Borgu, sont des centres pénitentiaires qui ne peuvent donc (en théorie) accueillir les « longues peines ».

C’est pourquoi la défense d’Yvan Colonna posait cette nouvelle demande de levée du statut de DPS. Ceci dit, dans les faits, il existe des DPS détenus en Corse. Pourquoi Yvan Colonna, bien que le statut de DPS lui soit toujours attribué, ne serait-il pas rapproché ?

« Pourquoi Yvan Colonna serait discriminé par rapport à d’autres détenus ?  Parce qu’en réalité, la question c’est la discrimination des familles. Qu’on soit détenu en Corse ou sur le continent, on est détenu, privé de liberté, dans des conditions qui sont celles que nous connaissons. En revanche, pour les familles, ça pose un véritable problème. Le père Colonna, il n’est accusé de rien. L’épouse d’Yvan Colonna, elle n’est accusée de rien. Son fils de 6 ans, il n’est accusé de rien, et pourtant, ils ne peuvent pas le visiter comme ils le souhaiteraient à raison du fait qu’ils sont sur l’île, en Corse, et qu’il faut pour aller sur le Continent, prendre l’avion, que ça coûte cher, c’est compliqué, tout ça pour quelques minutes de parloir. Il n’y a aucune raison qu’ils soient discriminés. Eux, sa famille, et lui d’ailleurs, il n’y a aucune raison qu’il n’ait pas le même sort que d’autres détenus »
Maître Dupont Moretti sur RTL

Sa détention «particulière » n’est fondée sur aucun texte, dénonce encore Maître Dupont-Moretti qui rappelle que Yvan Colonna est un «détenu modèle, qui ne pose aucun problème » à l’administration pénitentiaire et qui réaffirme que « rien n’interdit à l’administration pénitentiaire de le particulièrement surveiller en Corse » !

De même, l’avocat rappelle le b-a-ba de l’insertion pour un détenu : «Dans l’exécution de la peine, on est toujours attentif aux liens que le détenu a avec sa famille, parce que la famille c’est le trait d’union entre la société et la prison d’une certaine façon, a ajouté l’avocat, et on a tout fait depuis des années pour renforcer le lien familial. Sauf pour Yvan Colonna ? Je ne comprends pas pourquoi il aurait un statut différent des autres détenus. »

Madame Gourault pourrait-elle répondre ?

ARRITTI