Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale- 19 janvier 2018 – 08h00) Voici le texte de la conférence de presse du Rinnovu en date du 18 janvier.

Après les élections Territoriales de décembre 2017, et conformément à notre engagement de campagne, Rinnovu, des militants de Soffiu Novu, ainsi que des personnalités d’ouverture, vont se réunir pour mettre en œuvre un mouvement politique large, afin de porter l’espérance de changement suscité par Core In Fronte.

Pour cela, nous donnons rendez-vous, le dimanche 21 janvier à 14h30, à l’Università di Corti, à toutes celles et ceux qui ne se résignent pas à voir perdurer une Corse où les inégalités sociales progressent et l’aliénation coloniale se maintenir. Les bases de Core In Fronte seront posées en termes de structuration, de fondements programmatiques et stratégiques d’un mouvement ouvert et pluriel. De nous validerons et définirons, dans les mois à venir, un projet politique nécessaire à la société corse, avec en corollaire un projet égalitaire pour un développement sans dépossession et une avancée émancipatrice avec un statut transitoire d’autonomie en 2022 et un référendum d’autodétermination en 2031.

À compter du dimanche 21 janvier, Rinnovu annonce sa mise en sommeil et appelle l’ensemble de ses militants et sympathisants à s’investir dans la démarche politique de Core In Fronte. Conformément, à nos engagements de campagne nous invitons toutes les forces patriotiques et tous les corses qui ont activement soutenu Core in Fronte à prolonger durablement cette dynamique en devenant les cofondateurs du nouveau mouvement politique.

Au-delà de la majorité nationaliste, à L’Assemblée de Corse, il conviendra de continuer à animer le débat politique et social dans le sens du pluralisme et des droits imprescriptibles du peuple corse. En ce sens, les premiers pas du dialogue avec l’Etat, à travers la visite de Mme Gourault, ne sont pas de bon augure. En effet, une majorité politique s’est exprimée largement et démocratiquement, au 1er tour des élections comme au 2e tour, non pas pour faire fonctionner une collectivité unifiée ou mettre en œuvre une énième réformette administrative mais pour affirmer et conforter les droits légitimes de la Corse.

Au regard des résultats, le peuple corse doit être en situation de légiférer, pleinement, dans le cadre d’un transfert de compétences exclusives. Nous revendiquons un pouvoir législatif de plein droit, et il ne semble pas que la proposition d’ouverture constitutionnelle, proposée par Mme Gourault, aille dans ce sens.

Dans toute leur unité les patriotes corses ne doivent pas accepter d’être leurrés. La question Corse est une question de droit des peuples à la libre détermination, telle que le stipule la charte de l’ONU.

Nous n’avons que faire d’un pacte girondin généraliste à toutes les régions françaises.

C’est le message que nous adressons, au travers d’une lettre envoyée par Core In Fronte ce jour, au Président de la République Emmanuel Macron. Il serait bien avisé, dans un monde et une Europe en crise de confiance citoyenne, de respecter le fait démocratique et les choix du peuple Corse. Emmanuel Macron doit se placer dans le camp des démocraties universelles et non dans celui du colonialisme éternel.

U Rinnovu Naziunali
18 janvier 2018