X
(Unità Naziunale – 24 décembre 2017 – 11h30) A’hed Tamimi va avoir 17 ans en janvier prochain. Lotta Ghjuventù, l’avvene si tù! Une escouade de soldats de l’armée d’occupation israélienne a fait irruption dans la maison familiale dans le village palestinien de Nabi Saleh vers 4 heures du matin, ils ont saisi tout le matériel électronique et emmené la jeune fille ; quelques heures plus tard, ils ont également arrêté sa mère… Elle a été accusée par Tel-Aviv d’avoir « agressé » deux soldats israéliens, en marge d’une manifestation quelques jours plus tôt à Nabi Saleh, son village, en Cisjordanie. L’adolescente a tenu tête à un soldat armé. Un soldat qu’elle aurait giflé. Naji Tamimi a indiqué que la vidéo avait été tournée devant la maison de Bassem Tamimi, alors qu’avaient lieu des affrontements avec les soldats israéliens en raison de la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Les soldats israéliens se seraient postés au coin de différentes maisons et auraient tiré sur les lanceurs de pierres, a-t-il dit. « le droit du peuple à résister à l’occupation militaire » Un membre de la famille Tamimi aurait été touché à la tête vendredi par une balle en caoutchouc tirée par des soldats israéliens lors des manifestations, a indiqué la famille. Une deuxième vidéo montre les deux cousins ​​qui disent aux soldats, apparemment debout dans les escaliers de la maison familiale, de partir. Bassem Tamimi, le père des filles, a déclaré au site d’information de Walla qu’avant l’incident, le soldat qui avait reçu les claques était entré dans la maison familiale et avait fait du tort à son fils Muhammad, 14 ans. Les Palestiniens sur les médias sociaux ont critiqué l’arrestation d’Ahed au milieu de la nuit, arguant que c’est le droit du peuple à résister à l’occupation militaire. Ce n’est pas la première fois qu’elle fait parler d’elle. En 2012, cette fillette qui crie sur des soldats israéliens, c’est elle. Le 28 août 2015, pendant une marche de protestation dans le village, un soldat a empoigné Mohamed, son frère, 12 ans à l’époque, à qui les médecins avaient posé un plâtre au poignet gauche juste deux jours avant. Nariman et Ahed ont réussi à extirper le jeune garçon blessé des griffes du soldat. Elle libère son frère de 12 ans des bras d’un soldat en 2015  Elle risque 7 ans de prison.  «Elles doivent finir leurs vies en prison», a déclaré Naftali Bennett, ministre

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet