Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 12 septembre à 19h11) Yves Loviconi, ancien prisonnier politique, adhérent de notre démarche est aujourd’hui confronté à un problème professionnel et social.

Atteint d’une pathologie qui malheureusement le prive d’exercer son travail, pathologie naturellement avérée par les différents diagnostics médicaux dont il a été l’objet, Yves bien qu’assuré social est malgré tout privé de ses indemnités journalières.

Cette privation met en évidence la mesquine politique de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie qui prend de facto en otage bien des salarié(e)s. Cette politique engendre précarité, isolement et exclusion sociale : elle est inacceptable !

U Riacquistu di Portivechju estime que le droit à la dignité et à une vie décente pour chaque personne est primordial . Les prérogatives essentielles comme celles salariales et sociales ne sauraient être remises en cause. U Riacquistu di Portivechju refuse ces logiques de marginalisation qui affectent de nombreux travailleurs en Corse.

U Riacquistu rappelle un intangible principe : il ne saurait y avoir de LIBÉRATION NATIONALE SANS ÉMANCIPATION SOCIALE !

Le 27 septembre, à 11 heures soyons tous ensemble devant le siège de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie à Aiacciu ( La Rocade, Boulevard Abbé Recco, les Padules ) pour dire non à l’injustice ! Soyons tous ensemble aux cotés de Yves !

Mubilizzemu ci par vincia ! Mubilizzemu ci par u drittu à a saluta !

U RIACQUISTU DI PORTIVECHJU
12 septembre 2018


Le cas d’Iviu Loviconi, ancien prisonnier politique, militant de Corsica Libera, est aujourd’hui emblématique des dérives d’un système inadapté aux réalités sociales, et dont les mécanismes bureaucratiques froids conduisent inexorablement, si l’on ne réagit pas, à marginaliser un individu au sein de la société, tout autant qu’un peuple sur sa terre.

De plus en plus de Corses se retrouvent confrontés à des privations brutales de leurs droits sociaux, malgré la réalité confirmée de leur situation, dans le cadre de décisions d’ordre administratif qui apparaissent chaque jour comme de plus en plus arbitraires et orientées.

En participant au rassemblement du 27 septembre, à 11 heures devant le siège de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie à Aiacciu, ce sont, à travers le cas d’Iviu, tous ces Corses dont nous défendrons les droits. Car notre solidarité sociale est l’expression concrète d’une certaine idée de la nation corse.

Corsica Libera
16 septembre 2018