Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 12 septembre 2018 à 11h00) Distribution de tracts ce matin afin de dénoncer « l’arnaque organisée » dans les grandes et moyennes surfaces de Corse. Via Campagnola a procédé à une distribution nationale d’un tract après avoir publié une lettre ouverte (ici) le 18 juillet dernier.

Voici le tract

Le 18 juillet 2018, le syndicat agricole Via Campagnola dénonçait dans une lettre ouverte l’ « arnaque organisée » par les grandes surfaces et boucheries, toutes enseignes confondues ou presque, afin de vendre aux Corses mais plus particulièrement aux touristes non avertis de la viande, du fromage, de la charcuterie et autres denrées non issues de notre agriculture et/ou en les faisant passer pour Corses. C’est pourquoi, aujourd’hui, tous producteurs réunis, de tous syndicats et de toutes productions, nous vous demandons d’exiger des produits fermiers produits sur notre île !

Nos produits sont notre âme, notre identité, nos paysages, notre revenu et donc notre famille, mais ils sont également le dernier rempart contre la bétonisation de notre île, contre les feux et contre la désertification de nos villages. Pensez-y avant d’acheter un produit, exigez de pouvoir en connaître la provenance et l’origine de la matière première… Pour vous aider cherchez ces trois logos qui sont l’assurance d’une viande bovine, d’un fromage et d’une charcuterie Corse ainsi que les AOP. Laissez ce tract dans votre supermarché afin qu’il sache que vous soutenez notre démarche et que nous attendons un changement rapide et visible de son mode de commercialisation. Nous ne disparaîtrons pas sans nous battre !

Pour vous aider cherchez ces trois logos qui sont l’assurance d’une viande bovine, d’un fromage et d’une charcuterie Corse ainsi que les AOP.


#Corse Via Campagnola dénonce « l’attitude déloyale et mensongère des grandes surfaces qui n’hésitent pas à se servir de l’image de qualité des Produits Fermiers Corses pour vendre à des publics non avertis des produits qui n’ont rien à voir avec la Corse ou si peu »