X

(Unità Naziunale – 8 novembre 2017 – 13h10) Le STC continue d’occuper le terrain de la lutte de masse. Après une dizaine d’actions depuis septembre, c’est au tour du STC du SDIS2B de monter au créneau.  Le STC s’inquiète de la situation actuelle et du devenir du Service Incendie et de Secours de la Haute -Corse.


Voici le texte de la conférence de presse :

17 ans de départementalisation ont conduit le SDIS 2B dans une impasse
budgétaire qu’il convient de rectifier

Le STC s’inquiète de la situation actuelle et du devenir du Service Incendie et de
Secours de la Haute -Corse.

Au 10 octobre, il manquait dans les caisses du SDIS 2B près d’1 million d’euro
pour équilibrer le budget de fonctionnement, dont 800 000 euros au moins au titre
de dépassement de la campagne feux de forêt, depuis il y a eu deux feux
importants, en Balagne et à Ghisoni qui bien sur vont aggraver financièrement
l’addition.

La situation du SDIS 2b devient préoccupante, en plus de l’incertitude qui plane sur
le bouclage financier de l’année 2017 du fait des incendies, il existe une
problématique budgétaire récurrente qui fait que tous les ans nous sommes
confrontés à des difficultés de fonctionnement qui se traduisent sur le secteur
opérationnel par :

– Des personnels en nombre insuffisant comme par exemple à la caserne de
Ghisonaccia qui se trouve en sous effectif au quotidien et ce depuis plusieurs
mois, il est plus difficile d’assurer en quantité et en qualité la distribution des
moyens de secours sur le secteur d’intervention.
– Le vieillissement des pompiers professionnels qui avec plus de 45 ans de
moyenne d’âge au SDIS 2b pour un métier reconnu à risques et un travail de
nuit entraine obligatoirement des conséquences plus préjudiciables sur leur
santé et un affaiblissent du potentiel opérationnel journalier de garde.
– Des véhicules incendies vieillissants dont on n’a pas budgétisé le
remplacement et qui sont à bout de souffle. Cet été lors des nombreux
incendies qui ont affectés notre territoire, un nombre important de pompiers
corses n’ont pu défendre leur terre du fait de camions manquants ou en
réparations et furent contraint de regarder passer les 300 pompiers et leurs
camions venus en renfort.
– un manque de matériel incendie (lances, tuyaux, motopompes, etc…) indigne
pour un département supposé être un exemple en termes de lutte contre les
feux de forêts. S’agissant des feux de cet été, les établissements de grande
longueur pour amener de l’eau dans des endroits inaccessibles ont été rendus
possibles en partie par le prêt des matériels des pompiers venus en renfort ou
des militaires.
– des formations annulées ou reportées à cause de la réaffectation de crédits
utilisés pour pallier au déficit entrainant des personnels moins formés donc
moins qualifiés.
– des remplacements d’habillements détériorés ou usés impossibles car les
stocks sont vides du fait de la contraction des sommes allouées aux vêtements
professionnels.
– la santé individuelle menacée par le non respect des normes de sécurisation
pourtant obligatoire concernant le lavage des tenues d’interventions alors
même que l’on découvre un rapport édifiant sur l’impact des risques relatifs
aux fumées et plus particulièrement un risque accru d’apparition de maladies
(cardiopathies, pneumopathies), et de cancers chez les pompiers.

Une situation budgétaire inadmissible

Nous réaffirmons qu’il y a une dégradation qualitative et quantitative des moyens
qui sont mis à notre disposition. Il est de notre devoir de témoigner que le budget
de notre SDIS n’est plus viable car les dotations ne peuvent plus couvrir la totalité
des dépenses de fonctionnement, et qu’il entraine un déclin progressif du secteur
opérationnel. Le contrat moral qui lie le SDIS à notre population n’est plus respecté
car :

– L’impact financier « feu de foret et de la suractivité estivale » est sous évalué
volontairement pour arriver à un équilibre budgétaire. Il est évident que la
Corse est une ile méditerranéenne qui présente des risques importants de
subir des feux de forêts et plus particulièrement avec le réchauffement
climatique alors pourquoi notre budget n’intègre t’il pas réellement la
gestion du risque incendie et ses conséquences ? A ce jour nous n’avons plus
de marge de manœuvre c’est à dire que les dépenses liées à la campagne feux
de forêts ne seront pas honorées et des coupes franches dans l’achat du
matériel sont donc à envisager.
– Le Président du SDIS n’a donc pas pris la mesure du handicap structurel
qui affecte le SDIS et n’a donc pas apporté les solutions visant à enrayer la
déperdition financière entre les dotations de fonctionnement et les outils dont
nous disposons réellement sur le terrain. Pire une partie des emprunts
destinés à l’achat de matériel viendront boucher les trous.

L’achat d’une échelle que l’on a exhibé au dernier congrès des pompiers à
Ajaccio ne peut a lui seul caché les carences en matériels. Nous réaffirmons
qu’il faut un véritable plan Marshall pour rattraper le retard accumulé.

D’où notre inquiétude car ne nous disposons plus des marges de manœuvre en
interne pour réaliser ces investissements et ce dans un contexte où la situation
financière de toutes les collectivités contributrices se dégrade.

Il convient dès à présent de réfléchir à une solution sachant que nous n’accepterons
plus d’amoindrir le niveau opérationnelle et qu’il est hors de question que le cœur
de métier continue d’assumer les conséquences des choix inopportuns et couteux
qui ne sont pas de son fait. Cette facture n’est pas la notre nous nous refusons de
l’assumer.

Nous avons nombre de fois dénoncé les défauts de fonctionnements de notre
budget et le fait qu’il y avait une déperdition importante car les manques que nous
rencontrons sur le terrain sont récurrents et nombreux. Ces difficultés répétitives
témoignent d’une problématique qui n’est pas traitée au fond.

Nous rappelons que le but premier d’un service incendie et de secours est de
permettre à des personnels en nombre suffisants de disposer des véhicules et des
matériels indispensables à l’accomplissement des missions de secours à personnes
et de protection des biens, et que le budget doit être construit pour cela avant tout
autre chose.

À la veille de changement majeur dans la gestion de notre collectivité et la reprise
financière de l’administration des SDIS par les élus de la future CTC nous sommes
inquiets et nous demandons au conseil départemental :

– de doter le budget du SDIS 2B des sommes nécessaires à l’équilibre
budgétaire en fin d’année sans rogner sur l’achat de matériel prévu.
– de prendre les mesures de sauvegarde opérationnelle concernant le
fonctionnement de certaines casernes dans le rural avec un renforcement des
personnels de garde.
– l’établissement d’un état des lieux qualitatif et quantitatif du patrimoine du
SDIS

De même nous interpellons les candidats aux élections territoriales sur les
mesures qu’ils devront prendre sur la situation des services incendie de la
Corse en cas d’accession au pouvoir.

Et comment ils comptent faire pour mettre les 2 SDIS de corse en synergie de
fonctionnement afin que le plus rapidement possible un vrai et unique Service
Territorial d’Incendie et de Secours Corse puisse voir le jour.

Le STC Sapeurs-Pompiers maintien son préavis de grève et attend les réponses qui
seront apportées lors de la prochaine session du Conseil Départemental.

STC


Revue de presse

(Alta Frequenza) (Corse Net Infos) (RCFM) (France 3 Corse) (Corse Matin)


++

#Corse STC « SDIS: une maison de cristal ? »

La Régionalisation des SDIS de #Corse, l’appel du @Stcinfurmazione aux élus

#Corse Préavis de grève déposé par le STC prend effet aujourd’hui

 

#Corse – Le STC s’inquiète de la situation actuelle et du devenir du SDIS2B

 

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)