Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 5 Novembre 2017 – 8h00La commune de Lumiu est en Balagna emblématique des problèmes posés aux populations résidentes par la spéculation immobilière touristique.

Samedi 22 octobre y a été signée entre le Maire et son adjoint d’un côté, Etienne Suzzoni et Jean Paolini, et, de l’autre le patron de l’entreprise de construction Demeures Corses, Jean Nicolas Antoniotti , une convention qui permettra de consacrer 40 maisons de haute facture architecturale et énergétique à des jeunes couples primo-accédants.

Cette commune d’un millier d’habitants permanents pourra ainsi accueillir 150 habitants permanents supplémentaires en cassant la spirale de la spéculation autour de la résidence secondaire qui fait que la simple acquisition d’un terrain constructible y coûte aussi cher ou presque que la construction de l’habitation elle-même.

En effet, Lumiu peut accueillir, notamment à Sant’Ambroggiu, des dizaines de milliers de touristes durant la saison. Elle est aussi très prisée par la « jet-set » et les grandes fortunes avides de résidences secondaires.

L’opération « Campà in Lumiu » permettra de proposer à des prix compétitifs, sur des lots de 400 à 500 m2, un logement pour des jeunes et leurs familles qui, autrement, auraient été condamnés à quitter la commune.

Une opération de même type a été menée ailleurs en Balagna sur la commune de Càteri où quatorze lots ont été ainsi attribués. Les maisons sortent de terre et seront livrées dans un peu plus d’un an, permettant à 14 familles qui travaillent à Calvi, Ile Rousse et même Corti d’habiter leur village.

Le mécanisme de cette opération est désormais bien fixé. La commune s’engage à travers un terrain communal qu’elle détient ou acquiert. Elle sélectionne après un appel d’offres un cabinet d’architecture et d’urbanisme qui conçoit un projet collectif, avec la liberté d’adapter chaque logement aux besoins du futur attributaire, mais définissant des critères urbanistiques précis pour que l’espace foncier soit optimisé sans mitage, l’unité architecturale préservée, et les coûts de construction maîtrisés.

Le Conseil municipal fixe alors les conditions d’attribution, en l’occurrence en ciblant des primo-accédants, des résidences principales, avec des critères familiaux, des critères financiers pour favoriser les ménages disposant de ressources limitées, des critères de résidence préalable sur la commune ou de rattachement, démontrant sa volonté durable de s’y installer, et, pour empêcher le risque de spéculation, il est édicté une interdiction totale de revente qui s’étend sur une longue durée (20 ans). Enfin, la commune s’engage à préempter le bien pour éviter toute spéculation contraire à l’esprit de l’opération.

Un jury constitué reçoit les dossiers, les note selon ces critères, et décide des attributions. La population est informée via internet de sa possibilité de bénéficier d’un lot où la valeur du foncier est ainsi ramenée à 20 € quand les prix du marché dépassent allègrement les 100 €. La construction se fait selon des coûts mutualisés (architectes, ingénierie, marchés groupés sur les différents lots, terrassements, matériaux, entreprises, etc…) si bien qu’une habitation revient en moyenne 210.000 à 240.000 euros, soit dans les limites du possible pour des jeunes en début de carrière compte tenu des aides dont ils peuvent bénéficier par ailleurs (prêt à taux zéro, prime territoriale de 10.000 €, etc…). Autre élément intéressant à Lumiu qui démontre que l’on peut faire de l’urbanisme intelligent, tourné vers les besoins de la population, la commune a adhéré à la charte Habitat et Qualité de vie qui impose des critères de qualité architecturale et environnementale et Demeures Corses s’engage à la respecter. L’équipe Label a elle-même adapté sa charte à la Corse en prenant le nom de Alloghju è Benistà.

Gilles Simeoni, Président de l’Exécutif, et Fabienne Giovannini, présidente de l’agence de l’Urbanisme, étaient présents à Lumiu pour saluer l’effort des communes de Balagna pour apporter des réponses à ce problème crucial du logement de jeunes couples dans les communes objet de spéculation immobilière effrénée.

L’opération de Lumiu sera sans doute appelée à servir de modèle à beaucoup d’autres communes en Corse.

François Alfonsi.