Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 30 septembre 2017 – 16h00) L’inseme di A Cunsulta di a Ghjuventù Corsa si vergogna da i pruposti tenuti da certi deputati di l’Assemblea Naziunale iss’ultimi ghjorni, contr’à l’ amendamentu 435 prupostu da i deputati naziunalisti.

Sta prupusizione di lege dà a pussibilità d’una sfarenza trà u « terrurisimu » Corsu è Bascu è u terrurisimu dettu « religiosu ». Si sò upposti à questa sfarenza dicendu chì ùn ci n’hè.
Sustegnimu, ben intesu, stu prugettu.

Ci pare nurmale di paragunà atti cù veri oghjettivi è un’ ideulugia cù un terrurisimu veru chì hà cum’è scoppu di tumbà quelli chì ùn spartenu micca a listessa relighjone.

Alora chì a Corsica và versu a pace ch’ella sia isulana o cù u cuntinente, u prublema sta sempre listessu: u statu fà tuttu per arenà sta pace, puru preziosa è sempre delicata. Sta pace chì ùn puderà esse ottenuta chè cù a cuncessione è l’accordu di Parigi, di e rivindicazione purtate da l’eletti.

U statu, fendu nice di capì, ùn face chè frenà tuttu què è chì ognunu u vole, tantu à u livellu puliticu chè à u populare.

-CUNSULTA DI A GHJUVENTÙ CORSA-
-UNITI PER U NOSTRU AVVENE-


L’ensemble de la Cunsulta di a Ghjuventù Corsa est profondément indignée par les propos tenus par des députés ces derniers jours, contre l’amendement 435 proposé par les élus nationalistes à l’assemblée. Cette proposition de loi donne la possibilité d’une distinction entre le terrorisme Corse et Basque et le terrorisme d’ordre religieux. Ils se sont opposés à cette distinction en maintenant que celle-ci n’a pas lieu d’être.

Nous soutenons, bien évidemment, ce projet Il semble insensé de comparer des actes avec de réels objectifs et une idéologie réfléchie avec un terrorisme pur et dur qui vise à prendre des vies car elles ne partagent pas le même culte.

Alors que la Corse s’engage vers la paix à la fois interne et externe, le problème reste toujours le même: l’état fait tout pour enliser cette paix, pourtant précieuse et toujours fragile. Cette paix qui ne pourra être obtenue qu’avec des concessions et l’acceptation de Paris , des revendications nationalistes portée par les élus . L’Etat en faisant la sourde oreille ne fais que ralentir ce processus qui est enclenché tant au niveau politique qu’au niveau populaire.

-CUNSULTA DI A GHJUVENTÙ CORSA-