X
(Unità Naziunale – 20 septembre 2017 – 12h00) DEPOSEE PAR : M. Paul-André COLOMBANI et Mme Muriel FAGNI AU NOM DU GROUPE « FEMU A CORSICA » – OBJET : DEMANDE A L’ETAT DE PRESERVER PRIORITAIREMENT LES CONTRATS AIDES. CONSIDERANT que les contrats aidés constituent une mesure sociale financée par le budget de l’Etat, CONSIDERANT que les contrats aidés ont pour objectif l’insertion professionnelle de personnes qui sont éloignées du marché de l’emploi pour des raisons structurelles, CONSIDERANT que le Gouvernement a annoncé vouloir diminuer d’environ un tiers le nombre de contrats aidés sur l’ensemble des territoires qu’il administre, faisant passer le volume de ces contrats d’environ 459 000 à 310 000 unités, CONSIDERANT que les contrats aidés permettent aux collectivités territoriales de dimension modeste et aux structures associatives locales de s’assurer le concours de moyens humains afin de garantir des services minimaux d’intérêt général qu’elles n’auraient pas les capacités de financer par elles-mêmes, CONSIDERANT que le nombre de contrats aidés financés par l’Etat en Corse ne dépasse pas plus de 2000 unités, CONSIDERANT que la non reconduction, sans concertation préalable, de ces 2000 contrats aidés et l’absence de mesures transitoires visant à accompagner leur suppression confronteraient de nombreuses communes, intercommunalités et MOTION AVEC DEMANDE D’EXAMEN PRIORITAIRE associations reconnues d’intérêt général, à une carence imposée que la faiblesse de leurs moyens financiers ne leur permettra pas de surmonter en vue de garantir la continuité des services minimaux d’intérêt général qu’elles se doivent d’assurer aux citoyens corses, CONSIDERANT que le Premier Ministre s’est publiquement engagé, le 24 août 2017, à ce que l’éducation nationale et les Outre-Mer soient préservés dans les arbitrages qui seront effectués au sein de son Gouvernement au sujet de ces non reconductions, CONSIDERANT que la situation particulière des Outre-mer est similaire à celle de la Corse, tant du point de vue géographique, que du point de vue institutionnel, démographique, économique et historique, CONSIDERANT notamment que l’insularité de notre territoire, que le caractère de collectivité à statut particulier de la Corse, que le taux de pauvreté qui y règne, que la dimension majoritairement rurale de ses communes et intercommunalités, et que la spécificité culturelle et historique de cette région de l’Europe, placent manifestement la Corse dans une situation très différente du continent français, CONSIDERANT que ces spécificités appellent nécessairement un traitement différencié de cette île dans la mise en oeuvre par le Gouvernement de politiques publiques dans l’ensemble des

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet