X

En Corse, comme sur le continent, le paysage politique est sens dessus dessous.

La différence, importante, c’est que chez nous le bouleversement ne s’est pas produit autour des marcheurs de Macron, mais au bénéfice de l’alliance des autonomistes et des indépendantistes : sans doute les électeurs les jugent-ils, comme moi, plus représentatifs du renouvellement des hommes et des pratiques.

Pour nous, hommes et femmes de gauche attentifs depuis longtemps à ces évolutions ce n’est pas une surprise : nous avons tiré un trait sur les partis et les forces qui représentaient la gauche dans notre Île. Reste que, pas plus que nous n’acceptons sans réticence la domination d’un seul parti sur la politique française, nous ne pouvons nous satisfaire d’une situation qui verrait une famille politique, même si elle a notre sympathie, asseoir sans partage sa domination dans notre Île.

Pour autant il ne saurait être question de faire comme s’il ne s’était rien passé, à gauche au cours des dernières années, mais au contraire d’en tirer toutes les conséquences, de remettre en question les pratiques clientélistes, les graves manquements à l’éthique, et bien sûr celles et ceux qui les ont cautionnées. Comme beaucoup à gauche, nous avons regardé favorablement l’arrivée au pouvoir territorial d’une nouvelle équipe, nationaliste : nous lui avons apporté notre soutien et accordé nos suffrages.

Nous ne nous considérons pas pour autant comme des nationalistes corses, pas plus des souverainistes français d’ailleurs, mais comme des autonomistes corses clairement assumés. Nous sommes issus de la gauche de gouvernement française, que Michel Rocard a su magistralement incarner à Paris comme en Corse : une gauche réaliste, progressiste, autogestionnaire, ouverte aux autres, et sociale.

Nous considérons que gauche-là doit accompagner les évolutions en cours dans notre Île. Elle doit le faire ouvertement, clairement, loyalement, en restant bien sûr fidèle à ses idéaux.

Le mouvement dont nous appelons la fondation à cet effet doit voir le jour sans plus attendre, en dehors des partis, des mouvements et des responsables qui ont fait la démonstration de leur incapacité à prendre la mesure de la question corse.

Il doit se fixer pour ambition de fédérer, avec ceux qui ont aujourd’hui la charge de conduire notre Île sur la voie du progrès et pour en faire le socle d’un vrai changement, celles et ceux qui, au sein du peuple corse représentent ses forces vives : ouvriers, ingénieurs, entrepreneurs, agriculteurs, salariés du secteur public comme du secteur privé. Il devra combattre, quel que soit leur origine, ceux qui entrainent la Corse à sa perte pour leur seul profit : spéculateurs, profiteurs, affairistes et élus corrompus.

Il devra travailler sans relâche à ce que le rétablissement et le perfectionnement de la démocratie soient considérés comme la priorité dans notre Île, car sans elle il n’y a ni progrès économique, ni progrès social possible.

Si vous vous reconnaissez dans cette volonté faites le savoir :

Par email à l’adresse : lagaucheenmouvement@gmail.com
En réagissant sur la page Facebook : https://www.facebook.com/La-Gauche- Autonomiste-848270988570121/
En réagissant sur le compte Twitter : @lagaucheenmouv

La Gauche Autonomiste
Vincent Carlotti
31 juillet 2017

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)