X

(Unità Naziunale – 31 juillet – 15h00) La volonté de créer la parti Femu a Corsica se concrétise enfin.

Depuis ce samedi 29 juillet, la participation massive – un millier de militants un matin de plein été entassés dans le grand amphi de la fac de Corti !- à l’événement fondateur convoqué par Gilles Simeoni, puis organisé par les trois organisations qui sont à l’origine, Inseme Pè a Corsica, PNC et Chjama Naziunale, a définitivement enclenché le processus de création du grand parti politique de gouvernement dont la Corse a besoin.

D’ici septembre, des statuts seront déposés, et un Congrès convoqué. Le calendrier est resserré et, après des mois d’attente et d’hésitations, la mise en place devra être menée tambour battant pour être en phase avec le calendrier politique qui nous attend en vue de l’élection de la future Collectivité Unique en décembre prochain.

Ce numéro spécial d’Arritti retrace cet événement fondateur. Depuis des mois nous nous sommes mobilisés pour l’encourager. Déjà l’an dernier, le numéro spécial que nous avions mis en kiosque au mois d’Août prenait les devants et dessinait les contours de ce projet qui s’inscrit dans l’Histoire de notre journal qui a accompagné toutes les étapes de notre famille politique, depuis l’ARC jusqu’à Femu a Corsica, en passant par l’UPC et le PNC. En décembre, la fête « 50 anni d’Arritti » avait été l’occasion de revenir par un débat au sommet sur cet indispensable aggiornamento de notre courant politique. Désormais, nous y sommes !

C’est toujours un acte de maturité et de courage de se remettre en cause pour affronter les défis que nous aurons à relever pour que la Corse accomplisse son destin de nation d’Europe. Le faire au lendemain de victoires électorales retentissantes, « en se tenant à distance de l’euphorie, qui est parfois dangereuse » comme l’a exprimé Gilles Simeoni dans son discours, était indispensable. Sans une structure solide et puissante pour en assurer la base arrière, l’élan enclenché depuis 2010, amplifié une élection après l’autre, restait fragile. En donnant un cadre démocratique et rénové à ces milliers de Corses pour qui les sigles du passé étaient surannés, Femu a Corsica prépare l’avenir.

Tous ceux qui ont rempli la salle de l’amphi de Corti aspiraient à s’engager sous la bannière de Femu a Corsica, et leur nombre imposant a été proportionnel à leur impatience de voir cet instant arriver. Grâce à cet outil essentiel, nos victoires électorales deviendront demain des victoires politiques.

François ALFONSI

 

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)