X

(Unità Naziunale – 22 juillet 2017) Trois jeunes corses en grève des plateaux repas depuis ce mercredi pour obtenir une libération sous contrôle-judiciaire.

A Cunsulta di a Ghjuventù Corsa tenait une conférence de presse ce soir à Borgu devant le casernement où sont incarcérés depuis mai dernier, Baptiste Maestracci, Guillaume Amadei et Yohann Hemery.

Ghjuventù Indipendentista et Ghjuventù Naziunalista appelaient à se joindre à la conférence de presse. Ghjuventù Paolina et Rinnovu Naziunali étaient eux aussi présent lors du rassemblement.

Ghjuventù Paolina era prisente eri à fianc’à a Cunsulta di a Ghjuventù Corsa per dinunzià a detenzione di Guillaume Amadei, Yohann Hemery è Baptiste Maestracci. Mandemu u nostru sustegnu fraternu à sti trè studienti imprighjunati dapoi guasi trè mesi !Libertà subbitu per elli è per tutti i patriotti ! Francia, un ghjornu pagherai i to malfatti


Voici le texte de la conférence de presse :

A Cunsulta di a Ghjuventù Corsa tient à s’exprimer sur l’état de détention de trois jeunes étudiants : Yohann Hemery, Battì Maestracci et Guillaume Amadei

Le climat actuel n’a que trop duré. Depuis les incidents de Bastia-Reims, les forces de l’ordre n’ont de cesse de brimer la jeunesse. Cette jeunesse militante qui, en voulant afficher son soutien, s’est retrouvée elle aussi prise à parti et condamnée par les services de l’Etat.

On parle de cercle vicieux mais on ne rappelle pas assez des provocations faites par les forces de l’ordre : contrôle d’identité dans les rues de Corte, mise en place de barrières anti-émeute lors de rassemblements calmes, moyens humain et matériels décuplés lors de manifestations… à chaque manifestation organisée, c’est près de 250 CRS mobilisés et armés face à 100 personnes civiles.

En parallèle, lorsque des dégradations sont faites contre le bâtiment de la Sous-Préfecture de Corte, l’Etat français crie au terrorisme et au grand banditisme.

D’un côté des associations diverses qui organisent des manifestations dans le calme mais parfois aussi, des individus isolés qui affirment leur mécontentement sans mise en danger de la vie de quiconque. Et de l’autre, un État qui, ne sachant pas occuper ses journées, décide de piocher (au hasard ?) dans le lot des étudiants afin de désigner un coupable.
Un État qui, par le biais de sa justice répressive n’a eu de cesse que de persécuter ou de nier l’ensemble de notre peuple depuis des dizaines d’années.

Est-il vraiment nécessaire de réciter les principes de la justice ? L’aurait-elle oublié ?
Le droit à un procès équitable est pourtant un des principes généraux de cette justice. Et pourtant, où se trouve l’impartialité dans ces différents dossiers ? Où se trouve la présomption d’innocence ?

Alors incarcérés depuis le 11 mai dernier, ces trois jeunes étudiants dont il n’est plus nécessaire de rappeler la personnalité réfléchie, sont encore maintenus en détention provisoire, oubliés de la justice opérée dans ce « pays des droits de l’homme ».

Alors que le nationalisme a depuis 2014 opère un changement radical en investissant l’espace institutionnel et en délaissant la violence au profit de la paix ; l’Etat semble de son côté vouloir ignorer ces changements et continuer à jouer au jeu dangereux de la provocation et de la répression.

Cette jeunesse, militante respectable ne doit plus être une cible incessante. Cette jeunesse doit pouvoir construire un avenir serein, sans devoir justifier ou craindre son implication dans le militantisme.

La jeunesse ne peut être seule dans ce combat, elle besoin d’être écouté et sa voix se fera entendre. Au-delà de la jeunesse, c’est tout un peuple qui est pris pour cible. Les parents, les amis, l’entourage sont alors contraints à vivre au rythme des interpellations, des convocations, des mises sur écoute ou géolocalisation…

Le peuple Corse, connu pour sa solidarité, se doit de ne pas oublier ces jeunes, qui se relaient dans les cellules de la prison depuis bien trop longtemps.

Ces jeunes qui devraient pouvoir étudier sans être autant persécuté par cette répression menée par un Etat français sans scrupules. Ces jeunes qui sont désignés par un terme abjecte par leur peuple qui est celui de « casseurs » alors qu’il n’en est aucunement le cas, ces jeunes qui savent pertinemment que l’avenir de leur peuple est entre leurs mains.

Ces jeunes à qui le peuple n’apporte aucun soutien et son livrés à eu même avec les pauvres moyens dont ils disposent.

C’est pour cela que nous, jeunes corses, demandons au peuple Corse dans son intégralité de ne pas oublier la conscience politique qu’il a affiché à travers les derniers scrutins et ses résultats.

Nous demandons à ce même peuple, toutes générations confondues, villageois ou citadins, agriculteurs ou fonctionnaires, nationaliste et élus, d’enfin se réveiller pour cette jeunesse qui est aux abois et qui n’aura de cesse de se faire entendre, que ce soit seule ou soutenue, et même derrière ces murs de prison, peu importe les conséquences.

Baptiste, Guillaume et Yohann ont entamé une grève des plateaux ce mercredi et demandent leur mise en liberté sous surveillance électronique, nous les soutenons entièrement dans leur démarche et attendons précocement une réponse de l’Etat. Leur demande est entièrement légitime, ces jeunes n’ont pas leur place entre quatre murs.

Nous soutenons les familles et amis de ses jeunes dans leur combat contre une justice inexistante, contre un Etat qui fait la sourde oreille.

O populu corsu svegliati per la to ghjuventù, ò more cun ella !

Cunsulta di a Ghjuventù Corsa
22 juillet 2017



A Cunsulta di a Ghjuventù Corsa tene à sprimesi nant’à u casu di trè ghjovani studienti messi in detenzione: Yohann Hemery, Baptiste Maestracci è Guillaume Amadei.

L’ambiu attuale ùn hà ch’è troppu durattu.
Dapoi l’affare di Bastia-Reims, e forze di l’ordine ùn anu piantattu di minà nant’à a ghjuventù. Sta ghjuventù militante chì, vulendu mustrà u so sustegnu s’hè trova anch’ella presa à parte è cundannata da u Statu.

Si parla d’incricca ma ùn ramintemu micca abbastanza e pruvucazione fatte da e forze di l’ordine: cuntroli d’identità ind’è i carrughji curtinesi, mise in piazza di muri durante adunità ind’u calmu, mezi umani è materiale multiplicati durante ogni manifestazione… Ogni volte sò guasi 250 CRS pronti è armati è in faccia 100 civili.

In paragone, quandu sò fatte qualchi digradazione contr’à u muru di a sottuprefetura di Corti, u Statu francese ellu parla di terrurisimu è di gran’banditisimu.

D’un cantu diversi associi chì urganiseghjanu manifestazione ind’u calmu ma dinò personne sole chì mostranu u so dispiacè senza mette in perriculu vite umane. È d’un altra parte, un statu chì, ùn sappendu micca cumu occupà si, decide di piglià à l’azardu studienti per fà li culpevule. Un statu chì cù à so ghjustizia repressiva ùn hà mai avutu abbastanza chè di persecuttà ò di negà l’inseme di u nostru populu dapoi sempre.

Hè veramente necessariu di recità i principii di a ghjustizia ? L’averia sminticatu ?

U dirittu à un prucessu ghjustu hè puru unu di i principii generale di a ghjustizia. Eppuru, induve si trove l’equittà in sti sfarenti cartulari ? Induve si trove à pussibilità d’innucenza ?

Incarcerati dapoi l’11 di maghju scorsu, sti trè ghjovani studienti duve ùn ci hè bisognu di ramintà a persunnalità astuta, sò torna mentenuti in detenzione, sminticati da a ghjustizia dettu di « u paese di i diritti di l’omi ».

Allora chì u naziunalisimu dapoi 2014 face un scalbiamenttu radicalu investiscendu u spaziu instituziunale è lascendu a viulenza da cantu per lascià a piazza à a pace; u statu francese pare vulè esse à bughju di sti cambiamenti è cuntinueghja à fà pruvucazione è mentene a so repressione.

Sta ghjuventù, respetavule ùn deve più esse una sibula. Sta ghjuventù deve pudè cunstruisce si un avvene serenu, senza à avè da ghjustificà ò fà casu di a so implicazione inde u militantisimu.

A ghjuventù ùn pò esse sola ind’è sta lotta, hà bisogna d’esse stata à sente è a so voce si ferrà sente. Aldillà di a ghjuventù, ghjè tuttu un populu chì hè pigliatu per sibula. I parenti, l’amichi, i vicini sò alora ubligati à vive à a cadenza di l’interpellazione, cuvenzione, messe i ascolta, geolucallisazione…

U populu corsu, cunnisciutu per a so sulidarità, si deve d’ùn micca sminticà sti ghjovani, chì si scambianu trà e cellule di a priggiò dapoi troppu tempu avà. Sti ghjovani chì deverianu pudè studià senza esse cusi parseguitati da a ripressione di un statu francese senza timore. Sti ghjovani chì sò mustrati da u populu di « rumpitori » alora ch’ùn hè micca u casu, sti ghjovani chì sanu bè chì l’avvene di u populu corsu sò in e so mane. Sti ghjovani duve u populu ùn li porta nisun sustegnu è sò soli cù u pocu ch’elli anu.

Ghjè per quessa chì noi, ghjovani corsi, dumandemu à u populu sanu d’ùn micca sminticà à cuscenza pulitica ch’ellu hà mustratu durante l’ultime elezzione.

Dumandemu à stu populu, ogni generazione mischiatte, paesani ò citadini, funziunnarii ò agricultori, naziunalisti è eletti, di infine sveglià si per sta ghjuventù chì si primureghja è chì ùn piantterà mai di fà si sente ch’ella sia cù tuttu u mondu ò sola è ancu darettu à sti muri di priggiò, pocu imprema e cunsequenze.

Baptiste, Guillaume è Yohann anu principiatu una greva di i portapiatti stu mercuri è dumandanu a so libertà sottu surveglianza eletronica, i sustenimu cumplettamente in sta dimarchja è aspettemu una risposta di u statu prestu. A dumanda hè cumplettamente legitima è aspittemu una risposta di a parte di u statu. A piazza di sti ghjovani ùn hè micca darettu à quattri muri.

Purtemu tuttu u nostru sustegnu à e famiglie è l’amichi di sti ghjovani durante a so lotta contr’à una ghjustizia inesistente, contru un statu ch’ùn vole sente nunda

O populu corsu svegliati per la to ghjuventù, ò more cun ella !


#Corse Trois jeunes corses incarcérés en « grève des plateaux » – Conférence de presse

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)