Produit CORSU E RIBELLU

X

(…)Avant qu’un texte de revendications du FLNC nous renvoie à une époque que l’on pensait lointaine. Non pas pour la quarantaine d’attentats et d’actions commando assumées, l’organisation clandestine publiant régulièrement ce genre de catalogue. Non pas pour la sémantique employée – spéculation immobilière, colonisation de peuplement, monopoles d’Etat et multinationales -, elle fait partie du bréviaire du Front. Mais parce qu’il y est d’abord question de l’assassinat d’un homme, de son « élimination physique »même. De Christian Leoni donc, « responsable du groupe mafieux auteur de l’assassinat de notre militant Philippe Paoli », abattu le 28 octobre à Moriani.

Le FLNC parle d’un acte de « justice » et non d’une « vengeance ». Mais alors d’une justice d’exception – et pas seulement pour la rareté de l’acte- qu’il condamne par ailleurs, d’une justice expéditive aussi. D’une justice enfin qui plus encore qu’un défi, est un réel outrage fait à l’Etat. Et renvoie aussi, collectivement pour le coup, à cette vraie interrogation politique : l’ETA, l’IRA ont fait taire les armes, pourquoi le FLNC ne s’y résout pas ? On ne peut pas y répondre en soulignant simplement que l’existence du FLNC demeure un anachronisme.

L’organisation clandestine ajoute dans son communiqué qu’elle ne veut pas « militariser l’espace politique ». Elle n’est pas parvenue à politiser l’espace – le sien – militaire.

On a senti, en effet, l’embarras politique provoqué dans tous les camps ou presque, nationalistes y compris, par cette revendication. Et la violence qu’elle contenait n’a pas fait débat à l’assemblée de Corse, malgré toutes les tentatives. Celle de Nicolas Alfonsi qui a allumé la mèche dans un autre hémicycle, en interpellant Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, au Sénat. Celle de François Tatti, président du groupe La Gauche républicaine à l’assemblée territoriale qui, par effraction en quelque sorte, a déposé une motion sur le sujet, aussitôt renvoyée à l’examen de la commission violence du mois de janvier – c’est ainsi que l’on enterre les questions, disait Clemenceau.

François Tatti a écopé, ironie de l’histoire, d’un rappel au règlement. Les motions doivent être déposées 48 heures avant la session pour être débattues. Une question de préavis ou, plutôt, de préméditation.

Source et suite de l’article

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :