X

(Unità Naziunale – 12h30) « U cullittivu Parlemu Corsu! hà par ugittivu di prumova a custruzioni d’una sucità bislingua è di bàttasi par uttena i meza di falla. Intantu, sà chì avanzati astituziunali sarani nicissarii ».

Le collectif a tenu son Assemblée Générale. Il a renouvelé en autre son Conseil d’administration (15 membres). Le Collectif est aujourd’hui composé de 400 personnes, 100 associations et 100 groupes culturels.

(Alta Frequenza) (Corse Matin)

150 personnes étaient réunis au Café Napoléon hier (samedi 8 juillet), après les Comptes Rendus et débats, elles se sont déplacées devant la Préfecture. Les jeunes « di a scola di cantu di Natale Luciani » ont alors entamé des Paghjelle pour terminer sur le Diu Vi Salvi Regina, de quoi faire résonner la coofficialité dans les bureaux du Préfet de Corse.

L’occasion de lancer un message au nouveau gouvernement. Le Président de la République Emmanuel Macron, qui ne cesse de mettre en avant le mot « pragmatisme » concernant l’orientation générale de la politique qu’il souhaite mettre en œuvre pour la France, devrait justement faire preuve de ce même pragmatisme en acceptant la revendication de la co-officialité corse-français, insiste Parlemu Corsu. Un collectif qui compte aussi sur la présence des trois députés nationalistes au Palais Bourbon pour appuyer davantage cette revendication.


Ce collectif, crée en mai 2007, est composé de particuliers issus de l’ensemble de la société insulaire et de nombreuses associations. Il a pour objectif la construction d’une société bilingue.

Après deux années de travaux et de contacts, le Collectif a été officialisé le dimanche 27 mai 2007 à Corti. A Travers 16 propositions, le collectif veut se donner les moyens d’une reconquête linguistique avant de développer un environnement favorable à l’utilisation du Corse.

  1. langue corse, langue officielle
  2. immersion pour les écoles maternelles et bilinguisme du primaire à l’université
  3. créer un pôle de formateurs nombreux et compétents
  4. assurer une formation conséquente obligatoire pour tous les personnels de toutes les entreprises
  5. proposer une formation pour les sans-emploi, les retraités et les membres de la diaspora et aussi :
  6. inscrire la langue corse dans les formations et les concours insulaires
  7. mobiliser les membres de la diaspora
  8. une radio et une TV en langue corse
  9. favoriser l’usage de la langue corse à l’intérieur des médias privés
  10. soutenir les activités culturelles en langue corse
  11. traduire les oeuvres littéraires de renom, les films à succès…
  12. toponymie et signalisation routière uniquement en langue corse
  13. les cartes IGN et le cadastre uniquement en langue corse
  14. signalétique communale et autres avec une écriture bilingue
  15. conduire à l’installation d’une signalétique corse dans le monde économique
  16.  créer un office de la langue corse

Quelques actions récentes

En 2012 le Collectif Parlemu Corsu organisait une chaîne humaine, peu avant les élections « Présidentielle et Législative », pour défendre la langue Corse dans le cadre d’une initiative nationale pour les langues minoritaires.

« Nos langues, nos cultures, un droit, une loi ».

L’occasion pour le collectif Parlemu Corsu, de rappeler que« la France reste la lanterne rouge de l’Europe en matière de reconnaissance des langues régionales historiques ». Sans oublier, dans les territoires qui le veulent (Corse, Bretagne, Pays Basque) d’« établir un statut de co-officialité ».

Groupes politiques, comme Corsica Libera ou Femu a Corsica, mais aussi plusieurs associations comme l’Associu di i Parenti Corsi, Bastia 1905, ou l’Orsi Ribelli, pour ne citer qu’elles, ont répondu favorablement à l’invitation du Collectif.

Plus de 300 personnes se sont mobilisés ce jour là.

(Lien 1)

« Montrer que la langue corse peut être partout »

En 2013 le Collectif organise une grande manifestation à l’Università di Corti avec la présence de  nombreuses associations insulaires qui étaient présentes pour cet événement, marqué notamment par la présence de la quasi-totalité des plus grands groupes musicaux corses des années 70, ainsi que d’un DJ et rappeur américain de renommée internationale en la personne de Big Ali.

Initiative soutenue de nouveau par l’ensemble du mouvement national.

Plus de 2000 personnes ont pu profiter de l’ensemble de la prestation « Groupes Corses années 70 et Big Ali ». Réussite de la soirée vantée par les acteurs de la LLN.

90 % des Corses sont pour le bilinguisme

Toujours en avril 2013, la première enquête sociolinguistique, réalisée en novembre 2012 sur la langue corse, ses compétences, ses usages et ses représentations, vient de livrer des résultats étonnants. A neuf jours du débat et du vote sur la coofficialité que ses détracteurs estiment en décalage avec les préoccupations immédiates et les aspirations profondes de la population, le sondage est sans appel :

La grande majorité des Corses (86%) affiche un vif intérêt pour sa langue et près de la moitié (48%), notamment les plus anciens, parle d’un intérêt très important. La quasi-totalité (90%) pense qu’à l’avenir, il faudrait parler, à la fois, à parité, corse et français. Seuls, 7% affirment qu’il faudrait seulement parler français et 3%, seulement parler corse.

Vote du parlement Européen

Les députés du Parlement européen viennent d’adopter ce mercredi 11 septembre dernier à une large majorité (645 pour / 26 contre / 29 abstentions) le « rapport sur les langues européennes menacées de disparition et la diversité linguistique au sein de l’Union européenne ».

Si le rapport a été adopté à une immense majorité, il est inquiétant de constater que la moitié des 26 votes contre (dont Jean-Marie et Marine Le Pen, Marielle Gallo, Bruno Gollnisch, Brice Hortefeux, Philippe de Villiers et Jean-Luc Mélenchon) et 12 abstentions sur 29 sont ceux de parlementaires français… Ce triste record reflète malheureusement bien l’exception française quant il s’agit de respecter et promouvoir la diversité culturelle et linguistique interne…

Sta lingua hè nostra, a velumu parlà è…falla parlà !

En 2014 (24 mai), une grande manifestation est organisée par le Collectif Parlemu Corsu à Aiacciu. Manifestation soutenue par l’ensemble du mouvement national…

La revendication est politique. Elle a plus de quarante ans. La classe politique, toutes tendances confondues, l’a faite sienne en votant la coofficialité à l’assemblée de Corse.

Le collectif a réuni des dizaines d’artistes, une centaine d’associations et dix amicales de Corses du Continent. Plus de 2000 personnes pour défendre la langue Corse.

Son but ? « On se doit de s’adresser à l’État qui va à l’encontre de la volonté populaire et de celle des élus concernant la coofficialité de la langue corse. Nous donnons suite à ce qui avait été fait l’an dernier à Corte ».

« L’insignamentu di u Corsu hè piazzatu sott’à a respunsabilità di a Cullettività di Corsica, cù l’articulu 7 di a lege di u 22 di ghjennaghju di u 2002. Ma i mezi umani è quelli di a furmazione iniziale è cuntinuva dipendenu sempre di u Statu »

« In u casu corsu, sappiate chì ogni volta chì l’Assemblea di Corsica hà prupostu qualcosa in stu duminiu, Parigi hà sempre cacciatu u so « joker » di l’anticustituziunalità »

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)