X
Élection présidentielle terminée, fin mai les législatives et six mois après les territoriales. Le tourbillon électoral ne fait que commencer avec un Président qui veut réformer en profondeur, qui a donné des investitures, qui en garde quelques unes en attente pour élargir sa majorité sur la droite. À l’instant où j’écris, les médias annoncent que le Président de la République a pris comme Premier Ministre Edouard Philippe, juppéiste notoire, et que l’on connaîtra demain, mardi 16 mai, le gouvernement. Balayer l’ancien système revient à dégager tous les personnels qui en ont vécu, seule une poignée d’entre eux pourrait être recyclés s’ils coupent tous liens avec leur parti. L’espoir des laissés pour compte ne peut résider que dans l’opposition classique et c’est dire que le rassemblement dans chacune des anciennes chapelles ébranlées devient une question de survie pour les carriéristes. La bataille des législatives devient cruciale et c’est dans une course de vitesse qu’elle va se livrer. À droite, on a compris et le regroupement est en cours, reste à savoir combien vont se laisser «débaucher», et Marine n’a plus la main… À gauche le PS est anéanti, il ne peut qu’éviter la noyade… Mélenchon se place en refondateur d’une gauche plus anticapitaliste, moins sociale démocrate. Le PS, ce qu’il en reste à cette heure, ne peut pas accepter de n’être que des pièces récupérées à la casse. Ce problème concerne tout le monde politicien français, les habitués des palais parisiens, les notables départementaux, régionaux, les maires des villes… bref tout l’échafaudage qui s’est appuyé sur le centralisme politique parisien jacobin. Vont-ils pouvoir résister à ce que les citoyens ont clairement exprimé: la fin de ce système des partis alternants à Paris et leurs promesses non tenues, leur incapacité à répondre à la crise mondiale… tout ce qu’un Macron veut incarner, la fin d’un monde politicien obsolète? Les citoyens ont bien voulu dire leur ras-le-bol en votant Marine, droite extrême pour des frontières contre l’Europe libérale financière et contre l’envahissement migratoire, et Macron, contre le système des partis alternants avec des hommes nouveaux ou recyclés. S’il a une majorité cohérente qui le soutient, il pourra essayer de réformer et il faudra payer le prix. Mais qui paiera ? Bref en un mot le système est condamné, il s’est autodétruit. Mais les Français sont-ils prêts à tout déconstruire du haut au bas de la pyramide jacobine des républicains ? Les proximités locales

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet