X

Lors de leur dernière conférence de presse, le 10 juillet dernier, les membres du FLNC ont refusé de revendiquer quoi que ce soit. Dans le maquis de l’Ampugnani, ils se bornaient à rendre hommage à leur militant tué le 28 juin en refusant de répondre aux questions. Hier, ils ont signé 38 actions en tout et pour tout.

Dans un premier temps, 28 destructions par explosifs de villas ont été listées : à Coti-Chiavari, Tiuccia, deux à Calcatoggio (lieu-dit Ancone), Villanova (villa Amsili), Isolella, Sagone (villa Dutilleul), Pietracorbara, trois à Giunchetto, Sotta (tentative), Monaccia d’Aullène, Porto-Vecchio (lieu-dit Faleca Bella), Porticcio (Agosta-Plage), quatre à Olmeto (deux villas de la famille Rapp, camping L’Esplanade, famille Gilly), Fozzano (famille Suisse), Tizzano (famille Lechanu), Viggianello (famille Legros), Propriano (famille Mulla), Macinaggio (grue sur le chantier Belmudes ; avec la mention « dernier avertissement et exigeons arrêt immédiat du projet »), Tominu (villa Knitter), Saint-Florent et Moncale (villa Italien).

29 personnes prises en otage par le « Front »

Le communiqué revendique par la suite cinq « actions commandos ». Cette périphrase désigne pudiquement dans le jargon clandestin des actions menées pour marquer les esprits. Avec le plus souvent des prises d’otages. Depuis un an, 29 personnes ont été saucissonnées dans ces opérations. Aucune d’entre elles n’a subi de violences physiques. Mais les traumatismes moraux sont bien réels dans l’esprit des victimes. Surtout quand il s’agit d’enfants.

La première est celle perpétrée contre le couple Romer et ses trois enfants, à Ocana, le 15 juin 2010. Le motif invoqué ? « Spéculation immobilière et dévoiement des terres agricoles. » Autre famille visée, celle de Jean-Bernard Lafonta, l’ancien président du directoire du groupe Wendel et ayant des origines insulaires. Dans la soirée du 25 août 2010, un commando de cinq ou six hommes le séquestrait ainsi que sa femme et deux de leurs trois enfants. Avant de détruire leur résidence secondaire de Pietrosella.

Le texte revendique également l’action contre la « famille Moullon (sic) » à Villanova. Il s’agit de la prise d’otages et du plasticage de la famille Houlon, le 12 mai 2011 en pleine journée, lors de la visite du garde des Sceaux Michel Mercier dans l’île.

Autre fait revendiqué, le plasticage de Cala di Ciglio (Coti-Chiavari). Dans la nuit du 25 août dernier six vacanciers (deux adultes et quatre adolescents) étaient extraits avant que le commando fasse exploser deux chalets en bois. Enfin, le FLNC signe l’action menée à Anghione, à Castellare-di-Casinca, le 22 décembre 2010. Douze personnes dont un bébé de 19 mois avaient été saucissonnés pendant que des clandestins faisaient exploser deux bungalows (accueil et maison du directeur).

Dernier volet des opérations menées par les clandestins, celles visant « les monopoles d’État et multinationales. » Trois tentatives contre EDF sont revendiquées (Ajaccio, Propriano, Caldaniccia), ainsi qu’un attentat (Cargèse). Une autre tentative contre l’agence ajaccienne de Kyrnolia est également évoquée.

Paul Ortoli

 

 

SUR LE MEME SUJET

#Corse – Communiqué de revendication du FLNC du 28 novembre (Extrait)

#Corse – Le FLNC revendique l’assassinat de Christian Leoni et revendique 28 actions clandestines

[Vidéo+Photos] Reportage vidéo de France 3 #Corse : Le FLNC revendique l’assassinat de Christian Leoni

#Corse – Archive : Conférence de presse du FLNC le 10 juillet 2011 suite à la mort de Philippe Paoli

#Corse – Interview de Jean Christophe Angelini par France 3 Corse : Réaction à la revendication du FLNC et position sur les élections

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :


 

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)