Produit CORSU E RIBELLU

X

D’un coté l’ultra nationalisme français.

Avec ce que cela représente comme conception d’un Etat Nation, d’une France Une et indivisible qu’il faut protéger en sortant de l’Europe et de l’Euro, l’illusion d’un pouvoir qui doit intervenir dans le domaine économique allant même jusqu’à « nationaliser » une entreprise de moyenne importance (cf la pathétique récupération politique des salariés de Whirpool…).

Bref, la démagogie à l’état pur, les promesses partout ou passe la cheftaine. Chez nous, pour séduire des nationalistes corses, on va jusqu’à faire jouer l’hymne corse après avoir passer des décennies à appeler jusqu’à « la peine de mort pour les terroristes ».

De l’autre, une Corse en mouvement.

Un combat, une longue histoire de conflits, de sacrifices, de douleurs pour que le peuple corse soit reconnu sur sa propre terre. Une lutte toujours menée dans, au moins, cette clarté idéologique : le refus du racisme et de l’état nation français. Avec des contradictions, des erreurs, mais toujours au service exclusif de l’intérêt collectif de la Corse.

Aujourd’hui, lorsque je lis certains appels à voter Le Pen, quand je vois l’hypocrisie de quelques élus corses qui, pour espérer sauver leurs postes, se vautrent dans l’ambiguïté, je suis en colère. Et je reprends donc ma plume.

Il y a, effectivement, un malaise. Je ne suis pas pour le laisser-faire sur notre sol car il n’y a qu’une communauté à y promouvoir, celle de destin englobant les Corses d’origine et d’adoption. Et c’est bien dans cette intégration au peuple corse que doivent se concentrer nos efforts de terrain, en particulier par l’immersion au niveau de la langue corse. Car le partage de notre culture, quel que soit notre histoire individuelle, est la seule garantie d’un développement harmonieux.

6 janvier 201 6 Bombage Ajaccio Fin décembre 2015

Je préconise, pour ce faire, une Corse laïque. Respectueux des choix religieux individuels, je suis opposé au prosélytisme. Et, en tous cas, contre le port du voile pour les femmes qui est une atteinte à la laïcité et une technique de soumission de la femme à l’homme. Ce fut une erreur de le tolérer, au nom d’une liberté individuelle dont on sait qu’elle doit être souvent modulée lorsque l’avenir d’une société est en jeu.

C’est sur ce choix de l’intransigeance à l’égard de certaines dérives intégristes et d’un respect du principe même de la communauté de destin que doit s’exercer notre action.
J’exhorte ceux qui veulent défendre ces intérêts collectifs de la Corse de ne pas donner leur voix à un Parti d’extrême droite français qui, on s’en doute, ne reculera pas devant la contestation insulaire et sera tout aussi impitoyable que dans d’autres domaines, car c’est dans sa nature politique même faite de haine, de radicalisation, de simplification. Il n’est que de voir le ton et les méthodes utilisées par Le Pen dans sa campagne actuelle.
Alors, face à de tels enjeux, j’aimerais que ceux d’entre-vous qui ont une fibre mélenchoniste s’interrogent. L’irresponsabilité devant l’histoire de mettre dans le même panier un « centriste » et une « extrême droite » est traumatisante. Au nom de la lutte contre la dérive fasciste, hier ces mêmes responsables appelaient à voter le candidat de la droite la plus réactionnaire. Qu’est ce qui a changé, depuis, si ce n’est que le FN va, au moins, doubler ses voix au second tour ? Le danger, qui les amène à rejeter le vote de Le Pen dans leur sondage interne (ce qui n’est déjà plus un choix réel accordé aux militants), ne mérite-t-il pas que l’on écarte définitivement, ce péril ?

Nier la mondialisation est une insulte à l’intelligence humaine à l’aube d’une grande révolution de l’économie numérique qui bouleversera davantage la planète en quelques dizaines d’années qu’elle ne le fut depuis 2 000 ans… Vouloir la diriger vers plus de justice sociale et de respect écologique est une ardente nécessité. Mais prétendre protéger en fermant des frontières est suicidaire. L’Europe est la chance de nos enfants pour ne pas, à moyen terme, être victimes des impérialismes chinois, russe et américain. Il faut se battre en ce sens. Il est des moments où l’on se demande s’il ne faudrait pas, une fois pour toutes, subir l’expérience de tels démagogues et que l’effondrement serait ainsi salutaire. Je ne suis pas partisan de ce type de thérapie. Parce que le pouvoir qui se mettrait en place serait d’une grande efficacité pour se maintenir en place, coûte que coûte. Quand on voit, pour manipuler des ouvriers, cette distribution de sifflets et de croissants par les militants du FN à Amiens, on comprend, que, pour cette organisation, la fin justifie tous les moyens. Et elle en aurait tant une fois au pouvoir… Jouer avec le feu comme le fait Mélenchon est donc criticable. On imagine que c’est de la tactique, une victoire moyenne face à Le Pen fragiliserait déjà un pouvoir que l’on s’apprête à combattre. Mais n’y a t-il pas plus important que de tels calculs politiciens ?

Vutemu dunque, per un’ lascia à Corsica in pettu à stu generu di putere, chi sapemu tutti cum’ella si passerebbe, tandu, indè noi…

LEO BATTESTI (s’abonner au compte facebook ici)