X

Le FN a engrangé 4000 voix de plus qu’en 2012, alors que les listes électorales augmentaient de plus de 18500 inscrits (Colonisation de peuplement ? sûrement pas une majorité de Corses en tout cas !).

Les Corses aux Présidentielles, d’autant que les nationalistes n’étaient pas présents, ont toujours voté de la gauche à la droite, voire à l’extrême-droite, et leurs votes aux Territoriales n’ont jamais eu rien à voir avec leurs votes aux Présidentielles…Il y a toujours eu une abstention des Corses aux Présidentielles de 30 à 40% des voix ..

Présidentielles 2017 : Abstention dans Hexagone 22 %,  en Corse 32 % (L’abstention, premier parti de Corse)

Rappels

Les gros scores FN sont réalisés dans les villes ou les zones péri-urbaines qui ont connu un accroissement exponentiel en quelques années (Colonisation de peuplement ? en tout cas pas une majorité de Corses !!). Promenez-vous dans ces zones «a piaghja di i Paese», des jardins entourant les villas avec grillages , et des panneaux , « propriété privée », « interdit », et des chiens « méchants », des plaines (a piaghja) de villages où les maires ne connaissent même plus leurs administrés ! Des zones péri-urbaines où se développe « l’esprit petit blanc »

Au moins depuis 1984 (6 élus près de 13 %  des voix aux Régionales) il y a toujours eu un vote extrême-droite idéologique et ces électeurs, Corses en majorité,  ont toujours été contre les nationalistes corses, et pas qu’en paroles ou en votes.  Et à l’époque on ne parlait pas des problèmes de l’immigration, ni encore moins du Salafisme ou de l’islamisme violent… Depuis, parmi eux,  les anciens policiers, gendarmes ou militaires qui votaient FN ont été rejoints par nombre de fonctionnaires de ces corps qui, une fois en Corse, ne l’ont plus quittée, et y font retraite avec leurs familles et leurs amis.

1er Tour

A ce premier tour, ce vote FN (24% en 2004 aux Présidentielles) a été augmenté dans les villages de l’intérieur, c’est indéniable. Mais en proportion, même en ajoutant tous les scores FN de toute ces communes rurales, il n’y a pas photo avec le gros des  scores FN urbains ou péri-urbains, et là en majorité, ces voix sont loin d’être des voix de Corses.  Ce vote FN a été circonscrit dans les communes où la droite a réellement fait campagne, pas comme à Bastia, Sartène ou mieux à Ajaccio, où les médias si prompts à pointer du doigt la position soi-disant « tardive » de Gilles Simeoni, devraient aussi se pencher sur la position du maire d’Ajaccio ou du Président du Conseil général du Sud qui ont brillé par leur absence, et prises de positions claires durant d ce premier tour…

Je ne m’étendrai pas sur le vote idéologique extrême-droite en Corse, car ses votants ont toujours été en face de nous et cela continuera.

Je ne m‘étendrai pas non plus sur cette colonisation de  peuplement qui vote FN (car venus dans l’île pout la qualité de vie et la sécurité perdue dans leurs villes d’origine) … quoiqu’elle vote, même à gauche ou à droite, c’est selon moi le problème essentiel de la Corse, et le nier, c’est vider le problème corse de sa substance et ne plus revendiquer que des droits pour une population et non le peuple corse.

Le nouveau vote FN des Corses

Par contre le vote FN de Corses qui depuis peu votent LePen (tout en votant Nationalistes corses souvent aux Territoriales) m’interpelle. Le FN se combat au quotidien et pas aux élections. Les problèmes rencontrés par les Corses du point de vue emploi, formation, logement, confrontés à des sentiments d’abandon, d’isolement, de laissés pour comptes, de mal-vivre, de vivre ­ensemble mis à mal dans certains quartiers, d’incivilités, d’insécurité, de pertes du respect de l’autre (et de soi-même aussi), de rupture des liens inter­générationnels… la liste n’est pas exhaustive au plan des récriminations… Tous ces symptômes d’un désespoir conduisant souvent au rejet de l’autre, au racisme, au sentiment de n’être plus chez soi, au prosélytisme religieux… le tout amplifié par les images renvoyées par les médias d’évènements et d’attitudes, de faits divers d’ailleurs dont la peur grandit de les voir se reproduire en Corse..

Cela oui,  m’interpelle et doit nous interpeller tous… et tout cela  doit se combattre avec des alternatives et des solutions… sous peine de voir le FN renforcer sa présence et développer ses fausses solutions et ses mensonges

Ces Corses-là nous devons les convaincre, leur dire qu’ils font le mauvais choix, qu’ils sont dans l’erreur, mais pas qu’aux élections, car ce jour-là c’est trop tard et on se réveille avec la gueule de bois..

2ème Tour

Au 2ème tour, « a messa hè detta ». Jouer sur les peurs … donner mauvaise conscience…. toujours les mêmes recettes frelatées… et puis, le lendemain, oubliés les problèmes quotidiens des gens. Et on occulte leurs désespoir, leur crainte d’un avenir toujours plus incertain et porteur de dangers, on les occulte eux-mêmes, (comme lors du coup d’état après le vote des citoyens au Référendum sur l’Europe)… et comme demain quand, au vu de toutes les oppositions et la coalition très hétéroclite liguée en faveur d’Emmanuel Macron, il sera, sauf cataclysme de dernière minute,  le nouveau Président de la France.. Une façade ravalée en apparence, mais  toujours les mêmes vainqueurs, la finance, les banques et le système. Tout changera et rien ne bougera au mieux !!

Alors les Corses savent ce qu’il leur reste à faire… en leur âme et conscience, comme je le ferai pour ma part… et comme tout militant nationaliste le fera…

Pierre Poggioli

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)