X

Deux jeunes Corses, Ghjilormu Garelli et Rémi Di Caro, ont été emprisonnés sans jugement.

Les faits de violence reprochés, à l’encontre de joueurs de Lyon, n ‘ont donné lieu à aucun jours d’ITT .

Cette mise en détention provisoire est un zèle répressif et nous demandons leur libération en attendant leur procès.

Le directeur de la sécurité du Sporting, Anthony Agostini, a lui aussi été mis en examen, il est interdit de pelouse et donc entravé dans sa profession sans jugement. Il est quasiment désigné comme un bouc émissaire, sur la seule base des propos mensongers du président de Lyon. Les images télévisées montrent, au contraire, qu’il a été pris à partie par le gardien de but lyonnais, et que M.Agostini s’est écarté pour ne pas envenimer la situation.

Les incidents regrettables, lors de l’avant match Bastia/Lyon, du 16 avril, ont été préjudiciables pour le Sporting et une source de divisions et de polemiques entre Corses, faisant uniquement le jeu du parti anti corse. Pour autant, il n’est pas question d’accepter que des jeunes corses soient jetés en pâture et présentés comme des coupables expiatoires de la situation dégradée du club comme l’a fait José Rossi dans sa motion populiste qui parle de Hooliganisme.

La répression, à sens unique, depuis 1 an, comme seul mode d’action de la Justice, n’est pas une réponse ou une solution, alors même que la jeunesse a subi une injustice non punie à Reims en février 2016 avec un blessé très grave.

RINNOVU NAZIUNALE 
27 avril 2017

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)