X

L’Associu Tocca à noi tient à donner son sentiment sur l’élection présidentielle française de 2017.

Tout d’abord, nous tenons à nous excuser auprès de l’ensemble de nos sympathisants et des personnes qui nous suivent régulièrement, car, pour des raisons diverses (mais sans gravité), nous n’avons plus la possibilité de nous exprimer aussi fréquemment qu’auparavant.

Toujours est-il que, au vu de la situation actuelle, en France, comme en Corse, nous nous devions de nous exprimer.

Comme tout le monde le sait, c’est le candidat centriste-libéral, Emmanuel Macron, qui affrontera la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen au second tour de cette élection.

En Corse, la candidate de l’extrême droite arrive en tête avec plus de 27% des voix. Ce score, bien évidemment, nous préoccupe et nous inquiète.

Et, bien sûr, au-delà du vote – certes qui existe – de certains « nouveaux arrivants » français qui se sont portés sur Le Pen (et nous précisons bien « certains », car jamais nous ne montrerons du doigt tout une population), nous nous devons de regarder les choses en face ; des Corses, de tout bords et de tous horizons (y compris proches des idées nationalistes), ont eux aussi voté pour elle.

Ces résultat interpellent naturellement toute la classe politique de notre île. Et surtout, il nous indiquent que, malgré une victoire retentissante de notre famille politique en 2015, le combat des idées n’est pas encore gagné.

Le modèle de société généreux et solidaire, d’inspiration paoliste, promu par le mouvement national depuis toujours doit plus que jamais trouver, ou retrouver sa place au sein le débat. C’est à nous tous de faire en sorte que les Corses y croient à nouveau. Notre association y est attachée depuis sa création.
Il appartient donc au mouvement national corse, dans son ensemble de poursuivre le travail pour construire une société corse plus juste et plus égalitaire, qui ne laissera personne au bord de la route.

Nous l’avons toujours dit, la Corse est en crise depuis de nombreuses années ; crise économique, sociale, identitaire. Ce type de situation a toujours été un terreau favorable à l’émergence de l’extrême droite. Ce à quoi il faut ajouter le climat international (terrorisme, crise des réfugiés etc.).

Il existe aussi en Corse, et il faut le dire, un sentiment de méfiance vis-à-vis du monde arabo-musulman et en particulier du voisin Nord-africain, il faudra peut-être se pencher sur ce phénomène et tenter de l’analyser, car il s’agit sans doute d’un malaise plus profond qu’on ne le croit.

Pour autant, il est aussi important de rappeler que l’abstention a été plus forte en Corse que sur le Continent, et que les thématiques concernant la Corse (plus d’autonomie, votes de l’Assemblée de Corse, amnistie) étaient quasiment absentes des débats entre les « grands candidats ». Seuls certains « petits candidats » comme Jean Lassalle ou Philippe Poutou ont évoqués ces thèmes. Le « vote nationaliste », comme on dit couramment, s’est donc naturellement dispersé. Notons également que c’est à Belgodère – village administré par Lionel Mortini, et seule commune de Corse ayant accueillie une famille de réfugiés – que Marine Le Pen a fait un de ses plus faibles scores (autour de 10%).

Comme nous l’avons dit, ce sera le candidat centriste-libéral Emmanuel Macron qui affrontera l’amie du GUD, Marine Le Pen au second tour.

Pour nous, ce sont les intérêts collectifs du Peuple Corse qui priment avant tout. Et bien que cette élection paraisse lointaine pour notre Pays, elle nous concerne, indirectement, étant donné qu’il s’agit d’élire notre futur « interlocuteur ».

Comme nous l’avons toujours dit, notre association s’inscrit dans le mouvement national corse et rassemble des personnes issues de tous les courants du nationalisme corse.

Le dimanche 7 mai, chacun de nos militants feront en leur âme et conscience ; certains s’abstiendront ou voteront blanc, d’autres utiliseront le bulletin « Emmanuel Macron » pour voter contre Marine Le Pen.

Nous respectons chacun de ces choix.

Et bien entendu, inutile de préciser que ceux d’entre nous qui se porteront sur Emmanuel Macron ne le feront pas par adhésion à ses idées (dont nous rejetons en grande partie la vision économique), mais bel et bien pour exprimer très clairement un vote contre Marine Le Pen, qui, en plus des idées dangereuses, anti-démocratiques – et aux antipodes de nos idéaux – qu’elle incarne, demeure la candidate du jacobinisme fasciste anti-corse le plus virulent et le plus rétrograde (allant même jusqu’à la suppression de la collectivité de Corse et au retour du département !!!!), on a pu en avoir un aperçu clair à travers le comportement de ses militants à l’égard de notre jeunesse.

Quant à ceux d’entre nous qui s’abstiendront, ou voteront blanc, comme nous l’avons dit, nous respectons également ces choix, légitimes et cohérents pour tous ceux qui ne se retrouvent pas dans cette élection.

Nous demeurons solidement engagés sur le terrain de la lutte pour l’émancipation du peuple corse, et resterons attentif à l’actualité à venir.

LOTTEMU INSEME PÀ UN AVVENE GHJUSTU

ASSOCIU TOCCA À NOI

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)