X

Abstention territoriales 2015 (1er tour): 40%
Abstention présidentielles 2017 (1er tour): 32%
Vote FN territoriales 2015 (1er tour): 14176 voix
Vote FN présidentielles 2017 (1er tour) 43040 voix
Je pose ça là pour ceux qui nient encore les faits.

Vous pouvez dire que ce sont les autres, que ce sont des français, que ce sont des colons ou que sais-je encore, c’est un déni de réalité. Il y a un fort encrage du vote FN aux élections françaises. C’est un fait et je le déplore.

Oui, il y a une part « importée » et on peut considérer que le score FN aux territoriales est proche de ce socle.

Oui, il y a un vote raciste, en Corse. Et la parole raciste s’est libérée depuis quelques temps notamment sur les réseaux sociaux.

Et oui, il y a un vote de rejet du système, de rejet de la France qui sonne comme un appel à l’aide.

Je pense que les électeurs des deux premiers (cas) sont minoritaires et je suis convaincu que les électeurs du troisième cherchent un chemin, une main tendue.

Vous pouvez injurier les électeurs FN -peut être que ça vous défoulera- mais vous ne ferez que renforcer leur vote, leur conviction. Il faut comprendre, sans pour autant approuver, le vote FN pour le combattre. Il faut comprendre la mécanique, la logique qui pousse à voter contre ses propres intérêts si on veut combattre les idées de l’extrême droite.

Mais on ne combat pas une idéologie avec des injures, des postures ou que sais-je encore. On la combat avec des idées, avec un projet, avec une vision. On la combat en s’impliquant dans la vie sociale, économique, associative…

On peut détester Marine Le Pen, elle défend un imaginaire, une France, un monde. Le sien. Un imaginaire que je ne partage pas du tout, bien évidemment. Mais c’est parce que nous ne sommes pas capable -momentanément?- d’en faire de même qu’elle est en train de gagner la bataille idéologique. Bataille qui précède les victoires électorales.

Alors, arrêtons de rejeter la pierre sur l’autre. Reprenons notre bâton de pèlerin pour convaincre les corses que notre nation est à construire, que sa place est en Europe -et en méditerranée- et que l’étranger -fût-il français- n’est pas l’ennemi. L’ennemi du peuple corse c’est lui-même!

GAROBY ROCCU
24 avril 2017

+++

Ce matin, je vais en rajouter une couche.

Tout d’abord merci à toutes celles et tous ceux qui ont réagi à mon précédent post. Initialement, je ne voulais réagir aux résultats de la présidentielle mais j’en ai eu marre de lire tout et n’importe quoi. Alors j’y suis allé de ma modeste contribution.

Certains ont été surpris -voir choqués- que je mette en parallèle le score du FN et le taux d’abstention de décembre 2015 (premier tour) et avril 2017 (premier tour). Certains, à raison, considèrent que la vraie comparaison est à faire entre 2012 (premier tour de la présidentielle) et 2017 (premier tour présidentielle).

Mais je ne compare pas 2015 et 2017. Cependant, ceux qui disent que le FN est haut parce que l’abstention est forte et parce que c’est le vote des français/colons/je-ne-sais-quoi ont factuellement tord.

1/ L’abstention était plus forte en 2015 (1er tour) qu’en 2017 (1er tour), c’est un fait irréfutable. Sauf qu’en 2015, je n’ai pas entendu de nationalistes crier à la victoire du premier parti de Corse (l’abstention) au soir du premier tour. De plus, un abstentionniste, par définition, s’abstient de donner son avis. Je respecte ce choix qui n’est pas le mien mais, par pitié, arrêtez de considérer l’ensemble des abstentionnistes comme un bloc.

2/ Il y a 28864 électeurs FN de plus entre décembre 2015 et avril 2017 et il n’y a pas eu 30 000 arrivées en 15 mois que je sache! Donc dire que le FN c’est uniquement un vote français/colons/je-ne-sais-quoi c’est faux.

Maintenant permettez moi d’être volontairement provocateur. Aujourd’hui, le premier parti de Corse c’est le FN!
Score nationaliste corse (3 listes) aux Territoriales 2015 (1er tour) : 37396 voix
Score FN aux présidentielles 2017 (1er Tour): 43040 voix.
Ce ne sont pas les mêmes électeurs (quoi que peut-être que certains, dans le secret de l’isoloir, ont fait le grand écart idéologique passant du vote nationaliste corse au vote nationaliste français)

Mais les chiffres sont là, ils sont crus et drus, comme dirait l’autre.

Alors on peut se mentir, on peut faire l’autruche, on faire des beaux discours ça ne change pas la réalité qui est dure et rude.

Arrêtons de nous mentir et faisons notre travail: convaincre les corses que notre nation est à construire et que sa place est en Europe -et en méditerranée.

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)