X

La présence de 11 candidats à l’élection présidentielle pourrait laisser croire que l’offre de choix est riche.

Nous considérons que ce n’est pas le cas. Le centralisme médiatique s’est emparé de cette élection et cette apparente diversité masque en fait une attristante uniformité. Les onze candidats sont silencieux ou très discrets sur les thèmes qui sont pour nous les enjeux primordiaux pour l’avenir.

Aucune parole pour dénoncer le centralisme. Dans les propositions des candidats qui disent vouloir une nouvelle Constitution pour créer la VIème République, nous constatons que la question de la décentralisation des pouvoirs n’est pas abordée. Le modèle centraliste bonapartiste et jacobiniste n’est pas remis en question.

Tous semblent croire que la dernière réforme territoriale est une réussite alors qu’elle a participé à une recentralisation du pouvoir. Nous ne trouvons rien dans les programmes des candidats sur cette question. Une véritable régionalisation démocratique serait la réalisation de l’autonomie régionale et inter-régionale occitane. L’autonomie est ainsi la concrétisation de l’idée fédérale que nous voulons et qui doit se prolonger par une Europe fédérale, démocratique et sociale.

Rien non plus dans le programme des candidats pour promouvoir l’idée d’une Europe décentralisée et régionalisée. Nous notons que les dénonciateurs de l’Europe sont nombreux, amis aucun ne dit que l’Europe actuelle mène la politique voulue et approuvée par les différents chefs d’État. Nous autres, européistes et régionalistes convaincus, nous constatons que l’Europe est efficace quand elle est décentralisée, quand elle est régionalisée et nous remarquons que les soutiens principaux de l’idée européenne sont les régions.

Le changement climatique et la question énergétique font aussi partie de nos priorités. Aucun des candidats ne mentionne que ce sont les régions et les collectivités territoriales en général qui œuvrent de façon efficace dans la lutte contre le changement climatique et pour la reconversion énergétique. Les États, et donc les gouvernements des États, se contentent souvent de pompeuses déclarations de principe mais restent incapables de passer véritablement à l’action.

Nous regrettons aussi que ne soient pas évoquées dans cette campagne les questions liées aux langues dites régionales. La question de la diversité culturelle est trop souvent envisagée de façon négative, comme si elle représentait un danger pour les principes républicains.

Nous constatons que l’élection présidentielle occupe l’espace médiatique depuis plus d’un an pour l’élection d ‘un homme ou d’une femme. Quelques mois après cette élection, la déception pourrait être bien grande, comme ce fut le cas au bout de quelques mois lors des précédentes élections.

Il n’y a pas d’homme providentiel ou de femme providentielle. La démocratie ne se réduit pas a l’élection d’un président, mais réside dans une pratique à tous les niveaux.

Le Partit Occitan est aussi fortement préoccupé par la banalisation des idées de l’extrême-droite au cours de cette élection et par la montée de l’influence de ses idées parmi la population.

PARTIT OCCITANT

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)