Produit CORSU E RIBELLU

X

Hier matin, une dizaine de centrales syndicales Guadeloupéennes a affirmé ainsi sa solidarité avec le mouvement social de Guyane. 

Lors d’une conférence de presse, l’UGTG, la CGTG, FO, la FSU, ou encore l’UNSA, ont par ailleurs annoncé l’élaboration d’un cahier de revendication propre à la Guadeloupe.

Une manifestation de solidarité et de revendication. Ce jeudi, une dizaines de syndicats guadelopuéens se sont réunis pour définir un plan d’action et de solidarité pour la Guyane. « Il est important que nous soyons solidaires avec eux, et la meilleure forme de solidarité c’est de présenter une plateforme des revendications que nous défendons pour la Guadeloupe« , a déclaré à radio Guadeloupe 1ere Elie Domota, secrétaire général de l’UTG dans le département.

« Les problèmes de la Guyane sur l’illettrisme, l’analphabetisme, le taux d’échec scolaire, le chômage des jeunes (…) sont les mêmes problèmes que nous rencontrons en Guadeloupe, a poursuivi le leader du LKP qui organisa la grève géénrale dans le département en 2009.

Selon cette union syndicale, toutes les conditions sont réunies pour le lancement d’une mouvement de grande ampleur dans le département. Un premier appel à une manifestation en forme de meeting d’information pour la population aura donc lieu le 5 avril prochain.

Guyane, Guadeloupe, même combat

Les représentants d’une dizaine d’organisations syndicales assis ensemble à la même table… Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas assisté à cela… Des centrales réunies pour exprimer leur solidarité avec les collectifs engagés dans le mouvement social qui agite actuellement la Guyane. C’est que les revendications exprimées à Cayenne peuvent l’être également en Guadeloupe. Le secrétaire général de l’UGTG, Elie Domota.

Les discussions entre les collectifs de Guyanais et les ministres de l’Intérieur et des Outre-mer Matthias Fekl et Ericka Bareigts, qui visent à sortir la Guyane de plus de dix jours de conflit social, ont pu commencer ce jeudi après des débuts difficiles.