Produit CORSU E RIBELLU

X

Élie Domota, leader du LKP, qui avait instauré les blocages de 2009 en Guadeloupe apporte son soutien aux grévistes de Guyane.

Le leader de l’UGTG dit suivre le mouvement de près et être en « contact » de manière « constante » avec les membres des collectifs locaux.

Dans un entretien au Huffington post, paru ce lundi, il explique sa position et affirme qu’en Guadeloupe, « les racines du mal sont les mêmes ». Partisan d’une libre détermination des peuples, il estime que les Guyanais ont entamé un combat qui doit mener à terme vers « la décolonisation ».

L’entretien de Domota au HuffPost

extraits :

« Guadeloupéens, Martiniquais, Réunionnais, Guyanais ou Kanaks, nous n’avons jamais été considérés comme des citoyens français. L’histoire est là pour le rappeler. Quand, en 1789, la France promulgue la Déclaration des droits de l’homme, les Guadeloupéens sont esclaves. Quand, en 1848, la France abolit l’esclavage en Guadeloupe, ce sont les propriétaires d’esclave que la République indemnise. »

« Les luttes éclairent les luttes. Les Guyanais ont entamé un combat qui doit mener vers la décolonisation. »

#Corse – 10 000 personnes manifestent – « La crise sociale en Guyane prend ses racines dans le passé colonial »