Produit CORSU E RIBELLU

X

Dans un article d’Unità Naziunale, nous relations le 13 mars dernier la condamnation d’Artur Mas par les autorités coloniales espagnoles, mais aussi la possibilité pour l’Espagne de se servir de l’état d’urgence pour empêcher le référendum sur l’indépendance de la Catalogne (info du 11 mars 2017).

Corsica Libera, qui par le biais de deux de ses représentants, Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse et Pierre Antoine Tomasi, Président du groupe Corsica Libera à l’Assemblée de Corse, soutient la campagne du référendum (info du 4 mars 2017)


Voici le communiqué de soutien du 16 mars de Corsica Libera :

Aquest dilluns 13 de març, la justícia espanyola ha condemnat l’expresident Artur Mas a dos anys d’inhabilitació per haver organitzat un referèndum sobre la independència de Catalunya.
Igual que França, aquesta antiga potència colonial, disfressada de democràcia, continua negant els desitjos d’emancipació de les persones que se suposa que composen el Regne d’Espanya.
Als vots emesos per 2.430.000 de catalans, la justícia ha respòs amb aquest veredicte i dos altres dirigents, Joana Ortega i Irene Rigau, també han estat condemnades respectivament a un any i nou mesos i un any i sis mesos d’inhabilitació.
Creiem que aquesta consulta d’autodeterminació, expressada de forma pacífica, és completament legal.
Corsica Libera expressa tot el seu suport als tres dirigents condemnats i al conjunt del poble català.

« Ce lundi 13 mars, la justice espagnole a condamné l’ex-président Artur Mas à deux ans inéligibilité pour avoir organisé un référendum sur l‘indépendance de la Catalogne.
A l’instar de la France, cette ancienne puissance coloniale, travestie en démocratie, continue à nier les volontés émancipatrices des peuples censés composer le royaume d’Espagne.

Aux votes exprimés par 2,43 millions de catalans, la justice a répondu par ce verdict inique. Deux autres ex-dirigeantes, Joana Ortega et Irene Rigau, ont aussi écopé respectivement d’un an et neuf mois et d’un an et six mois d’inéligibilité.

Nous considérons cette consultation d’autodétermination, exprimée de façon pacifique, tout à fait légale.

Corsica Libera apporte son soutien total aux trois dirigeants condamnés et à l’ensemble du peuple catalan. »

Corsica Libera
16 mars 2017