Produit CORSU E RIBELLU

X

(18 mars 2017) Hier après que l’Assemblée de Corse par le biais de ses représentants se soient proposés en Médiateur suite à la demande du Syvadec d’évacuer les malandrins du collectif Pà un Pumonte Pulitu, les occupants ont décidé de lever le siège.

Une partie des membres du collectif Pà un Pumonte Pulitu a rencontré le préfet de Corse ce vendredi, alors qu’une autre partie occupait les locaux ajacciens du Syndicat de valorisation des déchets. Dans un communiqué, ils ont fait savoir qu' »après un long débat, le collectif a décidé à une courte majorité, pour permettre de trouver une issue à la crise, de suspendre l’occupation ». Mais ils ajoutent qu’ils restent « mobilisés en attendant la décision issue de la médiation » proposée par la CTC cet après-midi. Rappelons que le collectif refuse qu’une plateforme de compostage soit installée sur le pôle environnemental de Vico.

(Corse Matin) (France 3 Corse) (Alta Frequenza) (Corse Net Infos) (RCFM)



(17 mars 2017) « Dans le contexte d’occupation des locaux du Syvadec, le Cullettivu Pumonte pulitu a été reçu hier à la Collectivité territoriale de Corse.

Le Collectif a fait part de son adhésion au Plan de traitement des déchets adopté par l’Assemblée de Corse en mai 2016. Rappelons qu’il privilégie un modèle d’économie circulaire basé sur la réduction par le tri à la source, la valorisation par recyclage, et l’enfouissement des seuls déchets ultimes et inertes. A l’occasion de cette rencontre, le respect des engagements contractés par la CTC avec l’Etat et le Syvadec, dans le cadre du protocole signé le 24 août 2016 a été réaffirmé. Considérant que les propositions du Collectif en matière de recyclage des bio-déchets s’inscrivent dans le respect du Plan adopté par l’Assemblée et du protocole, nous proposons la tenue d’une médiation sans délai entre les différents acteurs. »

Gilles Simeoni, Président du Conseil Exécutif de Corse,
Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse,
Agnès Simonpietri, Conseillère exécutive de Corse, Présidente de l’Office de l’environnement de la Corse,
Jean Biancucci, Président du groupe Femu a Corsica,
Petr’Antò Tomasi, Président du groupe Corsica Libera,



(16 mars 2017) Syvadec : François Tatti réclame l’expulsion du collectif

Les militants écologistes occupent les locaux du Syvadec depuis 9 jours. Ils demandent l’abandon du projet de plateforme de compostage de Vico qui  pourrait traiter les bio-déchets de la région d’Ajaccio. Le Syvadec demande leur expulsion.

(Corse Matin) (France 3 Corse)


(13 mars 2017) Le 10 mars dernier, une audience en référé, procédure rapide, s’est tenue au tribunal de grande instance d’Aiacciu. 8 membres ont été condamnés à « 3000€ d’amende et une astreinte de 100€ par jour de retard, pour l’occupation illégale des locaux. Les membres font appel de cette décision de justice

Au 13 mars, les bureaux ajacciens du Syvadec sont toujours occupés par le collectif Pà un Pumonte Pulitu. Depuis mardi 7 mars, ses membres réclament des garanties quant à l’annulation du projet d’une plateforme de traitement des bios-déchets sur le territoire du Grand-Ouest. Le centre d’enfouissement technique de Vico ferme le 31 mars.

(France 3 Corse)



(9 mars 2017) Les locaux du Syvadec sont toujours occupés par le Collectif Pà un Pumonte Pulitu

(Corse Matin)



(7 mars 2017) 14h10 Occupation en cours des locaux ajacciens du Syvadec par le Collectif Pà un Pumonte Pulitu

(Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) – Occupation symbolique ce mardi du Syvadec à Ajaccio, par le Collectif Pà un Pumonte Pulitu. Le collectif entendait ainsi se positionner « contre le remplacement du casier de déchets à Vico par une plateforme de compostage ». Pà un Pumonte Pulitu demandait aussi les formalités d’abandon de la plateforme. Une action que le Syvadec ne comprenait pas, d’autant, déclarait-on, du côté de la direction que rien de nouveau n’est intervenu en direction de la mise en place de cette plateforme, et que les réunions de concertation se poursuivent. Aucun marché n’est acté, aucun choix n’a été arrêté  selon le Syvadec qui réitère son incompréhension, et son désir de poursuivre la concertation.

Ecoutez Catherine Luciani, la directrice du Syvadec.