Produit CORSU E RIBELLU

X

Le 6 février, soit cinq jours après son congrès fondateur à Corte (Corti), Corsica Libera, qui regroupe l’ensemble des tendances indépendantistes, a présenté à Bastia son exécutif.

Exécutif collégial. Pas de secrétaire général, pas de responsable désigné. Il est composé de 21 membres auxquels s’ajoutent les 3 élus indépendantistes de l’assemblée territoriale dont Jean-Guy Talamoni, l’ancien leader de Corsica Nazione.
« Au préalable, à quelques heures de l’ouverture de son procès, nous tenons à apporter notre entière solidarité à Yvan Colonna. Corsica libera se félicite du succès populaire du Congrès de la refondation, 634 congressistes ayant participé à ce Congrès constitutif. Corsica libera est la matérialisation structurelle de la refondation, elle regroupe des patriotes au sein d’un mouvement unifié, rénové et pluraliste qui doit organiser et structurer les débats en son sein.

1. Une motion statutaire a été adoptée, elle prévoit:

  • -la représentation de tendances d’idées, quand elles se manifestent, avec une représentation proportionnelle à l’exécutif.
  • -Une Ghjunta (composée des délégués de sections), qui est le Parlement du mouvement entre chaque Cunsulta annuelle.

2. Une motion sur le thème « peuple corse-immigrations » a analysé la situation actuelle.

es Corses non-reconnus, sans moyens pour intégrer les flux importants d’arrivants, sont en voie de minorisation sur leur terre. Le congrès a réaffirmé la nécessité d’une citoyenneté corse. Elle constituera la point de départ d’un projet transitoire proposé au Peuple corse.

  • Corsica libera réaffirme que le peuple corse, communauté vivante, constitue la seule communauté de droit sur sa terre. L’importance des immigrations multiformes actuelles le met en danger car le peuple corse n’est toujours pas reconnu, sa langue n’est pas officielle, et il ne peut être le cadre de référence pour une éventuelle intégration des arrivants.
  • Nous affirmons notre défiance envers toute mise en place de phénomènes communautaristes et réclamons la maîtrise des immigrations par le peuple corse, à sa convenance.
  • Nous réaffirmons notre double revendication de reconnaissance du peuple corse et d’une citoyenneté corse. Cette dernière permet d’établir : le corps électoral, le droit à l’accession à la propriété, à certains emplois et à certaines activités, le droit d’installation pour les migrants (…). Cette citoyenneté est à même de garantir la pérennité du peuple corse. Il s’agit selon nous d’une projection graduelle de ré-acquisition basée sur deux temps : la citoyenneté corse pour aujourd’hui, devenant la nationalité corse au terme d’ un processus de libre détermination pour l’indépendance.
  • Corsica libera s’adresse publiquement et clairement à ceux qui rentrent dans les critères de la citoyenneté corse. Nous leur demandons de considérer qu’ici ce n’est pas la France, c’est la Corse et il y a un peuple qui lutte pour sa reconnaissance; et nous leur offrons en échange de cette prise en considération d’intégrer le peuple corse. »

3. Une motion sur les moyens de lutte et les contre-pouvoirs a fait un état des lieux de la situation , en particulier dans les structures existantes.

La mise en chantier d’une fédération de travailleurs indépendants avec des secteurs regroupés en collèges a été validée. « Par rapport aux moyens de lutte, la lutte de masses et la lutte institutionnelle ne posant pas de problème particulier, étant naturellement des domaines d’intervention du mouvement, le débat se situe par rapport à d’autres moyens de lutte dépassant le cadre d’intervention de Corsica Libera. Au-delà du débat « solidarité conditionnelle-inconditionnelle », le mouvement réaffirme sa solidarité avec toutes les formes de résistance du peuple corse, en refusant une quelconque condamnation des moyens d’action d’autres patriotes »

4. Une motion « Développement » a fait un état des lieux de notre économie dévastée et avance un projet « à deux vitesses » qui s’oppose à la mise en vente de la terre corse dans le cadre de l’économie dite « résidentielle ».

« La crise actuelle a permis de révéler à la fois l’injustice et la fragilité du système international actuel et l’échec du néo-libéralisme. Corsica Libera adhère pleinement aux principes énoncés à travers l’Agenda 21 (développement durable) et préconise, dans cet esprit, un développement fondé sur la valorisation de notre environnement et de notre identité. Le PADDUC est dans une philosophie diamétralement opposée au concept de développement durable. Corsica Libera récuse la suprématie du « tout-marché » et se prononce pour la régulation économique et la lutte contre les inégalités. Elle s’inscrit dans un projet doivent prévaloir la justice sociale, la solidarité, le droit de chacun au travail, au logement, et à une meilleure qualité de vie. Le partage des richesses ne doit pas être uniquement conçu comme le résultat d’une timide redistribution en direction des laissés pour compte de la vie professionnelle. Il convient également de partager la capacité à contribuer à la création de richesses. Dans cet perspective, la corsisation des emplois demeure une priorité absolue.

E Pruposte per Oghje :

Le groupe indépendantiste à l’Assemblée de Corse a par ailleurs produit le seul document alternatif au PADDUC (Avant projet « Corsica 21 », le contre-PADDUC). Cette contribution des élus au projet de Corsica Libera a vocation à être enrichi par les travaux devant se poursuivre au sein de la « commission développement ». L’alternative que nous proposons (Cf. « avant-projet Corsica 21 ») peut être ainsi résumée :

La stratégie :

Un développement durable et solidaire fondé sur l’identité et l’environnement

Les moyens juridiques de cette stratégie :

  • – Citoyenneté corse
  • – Evolution statutaire

Les moyens financiers de cette stratégie :

  • – Mobilisation de l’épargne corse, aujourd’hui détournée à l’étranger par le système bancaire
  • – Code des investissements, comprenant un volet incitatif pour attirer certains investissements extérieurs allant dans le sens de nos intérêts collectifs
  • – Fiscalité spécifique. Cette stratégie, par la complémentarité et l’équilibre qu’elle réaliserait entre les différents secteurs d’activités, serait de nature à enrichir notre pays considérablement, notamment en augmentant sensiblement la part de la production corse dans la consommation en Corse (consommation des résidents et des touristes) et en favorisant les exportations.

E Pruposte per Dumane, l’indipendenza naziunale:

a/ Quelques mensonges à dénoncer :

-La question de la démographie :

contrairement à ce que d’aucuns prétendent, une démographie modeste n’est pas un handicap en termes de développement : les cas de petits pays participant à l’Union Européenne (Malte par ex.) en témoignent.

-La question des flux financiers entre la Corse et la France : non, la Corse n’est pas sous perfusion et elle ne vit pas de la bienveillance parisienne. La démonstration en a d’ailleurs été faite par les indépendantistes, chiffres à l’appui, dès la fin des années 1990. Sur ces sujets, il est important de doter la Corse d’un instrument statistique indépendant, les services de l’Etat français se livrant à cet égard à une véritable désinformation.

b) Nos atouts :

  • – Une épargne forte, actuellement détournée de l’île (10 milliards d’euros).
  • – Une diaspora importante. (…)
  • – Un environnement exceptionnel et préservé (grâce à la lutte nationale de ces dernières décennies). – Une grande richesse en eau et en bois.
  • – Une culture forte et originale représentant aussi une richesse économique.

c) Des pistes de développement :

  • – Accroître notre production agricole, dans le respect de la qualité des produits. Cette orientation est d’ailleurs en phase avec l’évolution de la demande au niveau mondial.
  • – Rechercher la typicité des produits.
  • – Contraindre la grande distribution à prendre en compte les intérêts des producteurs et consommateurs corses.
  • – En matière touristique, privilégier la qualité par rapport à des activités de masse. (…)
  • – Promouvoir l’économie du savoir.
  • – Valoriser notre patrimoine naturel, notre langue et notre culture nationale, à travers une démarche d’ouverture à l’égard de notre environnement européen et méditerranéen. » Bien entendu, de telles orientations ne pourront valablement être mises en œuvre sans une réappropriation de ses moyens de productions et d’échanges par le peuple corse et leur nécessaire maîtrise sur les plans juridiques, fiscaux et financiers, ce qui doit nous conduire à nous opposer à la fois au système français en Corse et aux sociétés multinationales qui s’emparent actuellement de secteurs stratégiques. »

COMPOSITION DE EXÉCUTIF
Membres élus par le congrès du 1-2-2009.
.ACCORSI Jean François
.ANTOLINI Jean Philippe
.ANTONINI Jacques
.ARTILY Brigitte
.BENEDETTI Paul Félix
.COLOMBANI Jean Pierre
.DYKSTRA Gérard
.FILIPPUTTI Pierre José
.GRIMALDI Josée
.LANFRANCHI Jean Marc
.MONDOLONI Filippu
.PAOLI Pierre
.POGGIOLI Pierre
.POLI Jean Marie
.QUASTANA Paul
.SARGENTINI Francois
.SAULI Olivier
.SISTI François
.SUSINI Maxime
.SUSINI Paul Antoine
.TOMASI Pierre-Antoine
Trésorier: .SIMONI Alain
Elus territoriaux .PROSPERI Rosa .SCIARETTI Véronique .TALAMONI Jean Guy Corsica Libera

L’action politique s’appuiera sur des « valeurs fondamentales » telles que « la promotion des droits historiques du peuple corse, la protection et le développement de son patrimoine inaliénable –terre, langue, culture–, le respect de la justice sociale et des équilibres écologiques » ainsi que « la solidarité à l’égard de toutes les formes de lutte et avec l’ensemble des prisonniers politiques ».

Le dimanche 1er février 2009 : Corsica Libera a été porté sur les fonds baptismaux, lors de la tenue à l’Università di Corsica à Corte de son congrès constitutif. Salle trop petite, plus de 600 militants se sont présentés pour créer Corsica Libera…

I quattru partiti indipendentisti Corsica Nazione Indipendente, Rinnovu, Accolta naziunale Corsa è Strada Dritta si sò uniti sottu à una bandera unica  » Corsica Libera », in cor’ di un cungressu cunstitutivu in Corti in presenza di parechje centinaie di militanti.

A u so capu ci serà un esecutivu di 21 membri, è i so nomi seranu rivelati sta settimana.

Senza surpresa, Corsica Libera hà riacertatu u so sustegnu à tutte e forme di lutta, senza sclude a viulenza.

Hà ramintatu dinù u so obbiettivu di dà un ghjornu à a Corsica un statutu di nazione indipendante in’un guadru auropeu, cumè in Malte o in Chypre.

I militanti hanu aduttatu una seria di muzione fundatrice…Hanu, fra altru, stimatu chì l’impurtanza di l’immigrazione indè tutte e so forme, cù principlamente l’arrivata di persunale guadri di u publicu è di u privatu, mette in periculu u populu corsu.

I militanti di Corsica libera hanu ancu esaminatu u sviluppu economicu.

Hanu ricusatu chì a Corsica sia sottu a perfusione , campendu sottu à e bone dispusizione de Pariggi.

Acertanu chì 53 % di e spese di u statu messe in ballu vanu à a gendarmeria è a pulizza.

Les indépendantistes ont réaffirmé les fondamentaux de leur action politique : soutien à tous types de lutte, sans exclure la violence, et bien sûr : indépendance.

Pour ses instigateurs, « ce processus de refondation va permettre de doter le peuple corse d’un instrument de lutte efficace et pertinent, par la création d’un mouvement pluraliste inscrit dans la durée ». La matinée a été consacrée aux discussions et vote des motions portant notamment sur les statuts, l’organisation de l’anti-répressif ou encore les moyens de lutte.L’après-midi, les débats ont porté sur les orientations économiques et les notions de peuple corse, démographie et immigration. Enfin, le vote de l’Exécutif de Corsica Libera a terminé le congrès.

C’est donc sans ambiguïté que Corsica Libera a apporté son soutien, d’une part aux «prisonniers politiques», mais aussi «au mouvement clandestin, dont on sait qu’il saura prendre du recul le moment venu, c’est-à-dire le jour où une solution politique pour la Corse sera trouvée».

Plus de 600 personnes ont fait le choix de soutenir la démarche de Corsica Libera en ce premier dimanche de février. 634 personnes inscrites, une salle comble, afin de mettre en ordre de marche le nouveau mouvement Corsica Libera.


Reportage 02 Fr3Corse Corsica Libera par antofpcl

Février 2009,
archives d’Unità Naziunale,
photos Unità Naziunale – presse – corsica libera