X

L’information constitue un enjeu considérable dans une situation coloniale.

Occulter un combat, le salir, déformer les faits est une constante de la politique de l’Etat.Les nationalistes ont été successivement traités de « néo nazis », de « terroristes internationaux », de « gangsters », de « trafiquants de drogue », de « racketteurs », de « racistes »… Les autorités ont toujours puisé dans le tas selon les besoins.

Il se développe aujourd’hui une intoxication d’une rare ampleur orchestrée par la gendarmerie : l’affaire PELLIER que nous traiterons plus loin (lien). Elle illustre parfaitement ce souci de désinformation sur la réalité coloniale. Relayés par « Nice-Matin » et le « Provencal » les gendarmes font le forcing.

Manipulant, avec grande facilité, les journaux de toute sensibilité ainsi que les radios et télévisions, le pouvoir intoxique en laissant filtrer quelques pseudo informations. Et ces rédactions en quête de sensationnel, foncent tête baissée et titrent de façon péremptoire sans prendre la peine d’enquêter. Du moment que les fonctionnaires s’adressent à eux, aucune raison de mettre en doute leur parole. On ne peut mentir du cotés du pouvoir.

Tous les coups sont permis. Ce n’est donc pas par hasard si ceux qui osent décrire certains faits font l’objet de formidables pressions. En particulier le journal U RIBOMBU contre lequel on multiplie les poursuites, les amendes… pas moins de 21 procès en quelques années.

Il ne se passe de semaines sans que les machiavels de l’Etat français n’inventent quelques stratagèmes pour salir et casser du nationaliste. Tout est mis en oeuvre pour mettre « hors d’état de nuire » les militants nationalistes qui dérangent. Au mépris des droits de l’homme les plus élémentaires et avec la complicité silencieuse des forces dites progressistes, les forces de répression en Corse et en particulier la gendarmerie utilisent tous les moyens, les plus vils, pour obtenir des résultats. Ces dernières années les nationalistes ont été victimes de montage politico-judiciaire, de véritables machinations mises en oeuvre pour abattre les militants de la Corse. Nous reviendrons dans ce dossier sur deux affaires particulièrement significatives :

L’affaire de BALAGNA
L’affaire PELLIER.

à suivre…

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)