X

Lisandru PLASENZOTTI est incarcéré aux Baumettes depuis le dimanche 20 novembre.

Il s’est présenté le mardi 15 novembre au commissariat pour être entendu dans le cadre de l’enquête sur la découverte d’une cache d’arme.

Après 96 heures de garde à vue où il s’est expliqué sur les relations qu’il pourrait avoir avec d’autres mis en cause dans cette affaire (il ne connaît pas les personnes déjà mises en examen), il a été présenté au juge de la JIRS et ensuite incarcéré au motif « qu’il pourrait y avoir collusion avec d’autres personnes mises en examen ».

Il lui est reproché d’avoir laissé une empreinte sur un sachet trouvé dans la cache d’arme.

Lisandru n’a rien à voir avec cette histoire.

Lisandru n’a fait de mal à personne, il n’a rien préparé qui puisse faire du mal à qui que ce soit, et enfin il n’a rien fait d’illégal.

La présence d’un sachet avec son empreinte dans la cache il ne peut l’expliquer. Chacun peut comprendre qu’il lui serait difficile voire impossible d’expliquer comment un sachet avec son empreinte a pu arriver dans un lieu où il n’a jamais mis les pieds.

Par ailleurs on ne lui reproche rien d’autre en dehors de ses fréquentations et de ses goûts.

Ses fréquentations ne sont pas un délit et encore moins un crime, d’ailleurs elles ne sont jamais citées nommément par la police. Le comble c’est que la police a affirmé que le fait d’être incarcéré sera une bonne chose puisque cela lui permettra de couper avec ses fameuses fréquentations. Sans doute qu’aux Baumettes il en trouvera de meilleures.

Concernant ses goûts, une supposée fascination pour le monde des voyoux (présence d’une affiche de Scarface et d’Al Capone dans sa chambre, articles de presse concernant des affaires criminelles en Corse, DVD du « Parrain »), elle n’est pas plus grave que celle qu’ont des millions de personnes pour  « Mafiosa » ou pour « Les Parrains Corses » de Follorou.

De plus, en ce moment Lisandru subit un régime spécial.

On a trouvé les empreintes de nombreuses personnes  dans cette cache, elles ont été mises en liberté, pas Lisandru, il a droit aux Baumettes contrairement à d’autres.

Tant mieux pour les personnes en question, sans doute ne méritent-elles pas d’être incarcérées, Lisandru non plus.

La situation pour Lisandru est grave car depuis dimanche dernier non seulement il ne s’alimente plus mais il refuse également de boire.

Il estime, à raison, que son emprisonnement est injustifié sur la forme et sur le fond.

Pour nous la situation est dramatique, la santé de notre fils nous angoisse et il semble que la police, les représentants de la loi et l’administration pénitentiaire n’aient pas encore réagi.

Ainsi nous voulons alerter l’opinion sur le harcèlement, qui ressemble fortement à de la vengeance, dont fait l’objet Lisandru.

Nous voulons alerter l’opinion sur le fait qu’une simple empreinte sur un sachet puisse conduire dans une prison infestée de cafards et de rats.

« La reine des preuves »,l’ADN, devient l’instrument d’un arbitraire insupportable dans les mains de personnes officiellement chargées de notre sécurité.

Nous ne sommes pas dupes, Lisandru fait l’objet d’un acharnement policier du simple fait qu’il ait fait valoir ses droits et pas pour avoir enfreint une loi ou porté atteinte à la vie ou à la santé de qui que ce soit.

Aujourd’hui c’est la police et le juge qui mettent en danger sa santé.

Jusqu’à quand… ?

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)