X

Ce 14 août 2017 , sept mois après sa disparition, c’est au tour du FLNC de lui rendre hommage

« Simu quì oghji pà renda un ultimu umaghju à Ghjuvan-Maria Poli, militanti storicu di u Fronti di liberazioni naziunali di a Corsica.

Omu d’onori è di valori, era impignatu in a lotta di liberazioni naziunali da u Sittanta. Senza mai rifiatà, Ghjuvan Maria Poli hà sempri luttatu pà a Libertà di u so populu, è pà chì a Corsica pidessi tutt’a so piazza accantu à l’altri nazioni libari di u mondu.

U so ingaghjamentu, sarà pà u sempri un asempiu pà a noscia ghjuventù.

FLNC

Ò Ghjuvan Marì, 
Cù d’altri, ci ai appartu a stradda di l’avvena. U to ricordu firmarà, sempri à fiancu à noi. »

FLNC

(Corse Net infos)


Ces 5 et 6 août 2017, un hommage vibrant a été rendu à Jean-Mari Poli lors des Ghjurnate Internaziunale.

 


 

Ce Vendredi 14 avril 2017, cela faisait trois mois que notre Président Jean Marie Poli nous avait quitté. Ses collègues et amis de la CCAS lui ont rendu hommage, en présence de sa famille ainsi que de l’Associu Sulidarità, de l’Assemblée de Corse et de ses nombreux amis du Taravu.

La Squadra Arghjustesa è Macanaccia a tenu elle aussi à lui rendre hommage avec ce magnifique poème :

RICORDU À GHJUVAN’MARIA POLI

Comu unu scherzu, un accidenti murtali t’hà intuppatu à l’oru di i tò sissant’anni.
Ci firmarà in à menti, u militanti naziunalistu accanitu che tu eri.
Omu di stintu Corsu, d’amori pà à to terra, omu di valori è di cunvizioni.
A to primura maiò, era à situazioni pessima di i nostri prighjuneri Corsi.
A to lotta è a to divuziona eranu cù tamanta spirenza chè di fussini in casa soia.
Eri, u liamu trà eddi è i so famiddi.

Frateddu Caru, sapii chi u Populu Corsu sarà sempri di menti è di cori affiancu à tè.

Riposa in pace.

J.CALISTRI



(unità naziunale – 14 janvier 2017) Jean-Marie Poli, président emblématique de l’Associu Sulidarità et ancien élu de l’Assemblée de Corse, nous a quittés dans la nuit de vendredi à samedi à la suite d’un accident de voiture, sur la commune de Moca-Croce, en Corse-du-Sud.


Quelques photos de Jean Marie Poli

J’ai commencé à militer à ses cotés, structurellement, en 2001 quand Indipendenza s’est crée.

J’ai fait sa connaissance dès les premiers instants de ma prise de position sur internet pour les prisonniers politiques en 1998 après l’assassinat de Claude Erignac et l’interpellation de milliers de Corse dont Marcel Lorenzoni (Démissionnaire d’A Cuncolta) du « Culletivu per a Nazione »   (puis U Partitu Per l’Indipendenza) et de son comité de soutien « Fratellanza » dont Jean Marie avait la charge. Par la suite j’ai rejoint le Comité Anti Répression et Sulidarità sous sa gouvernance.

Grève de la faim en soutien à Marcel Lorenzoni en 1998 (Culletivu Per a Nazione, Fratellanza)

Après les années de plomb en corse, les accords de Migliacciaru scellant la fin de la guerre fratricide, la fin des années 90 allait vers la reconstruction d’une partie du mouvement national. Les clandestins s’étaient unifiés au sein du FLNC UC, un projet Matignon était proposé, une amnistie attendue (énième sortie de crise avec l’Etat Colonial), la mise en place d’une unité de résistance avec Unità, et le rapprochement des structures de soutien aux prisonniers politiques au sein du Comité Anti Répression (l’outil politique antirépressif) et de Sulidarità (l’outil humanitaire/financier) qui étaient composés de Patriottu proche d’A Cuncolta Indipendentista, et Fratellenza proche du Collectif pour la Nation et d’une troisième structure dont le nom m’échappe encore aujourd’hui.

Militer pour les prisonniers politiques aux cotés de Jean Marie Poli a été 15 années d’enrichissement humain, social, politique et structurel. Il m’a montré que l’engagement militant transcendait tout, y compris sa vie privée et professionnelle. Qu’il ne fallait pas avoir « poney, piscine ou quad » quand le besoin de se mobiliser pour les familles et les patriotes arrivaient.  Ni compter les kilomètres pour porter la paroles de ceux, qui en prison, en étaient privés.

.

Tout n’était pas facile, loin de là. Militer est un sacerdoce et Jean Marie était de loin, celui qui, par sa présence, et son expérience nous donnait envie de nous transcender sur le terrain. Il était surtout l’un des cadres qui, à nos cotés, pliaient les teeshirts, collait les affiches, préparait les cartons pour les sections… Ce que nous faisions en tant que simple militant il le faisait aussi tout en organisant les prochaines soirées, les actions, la gestion de l’asso, les communiqués du Comité Anti Répression, les Ghjurnate Internaziunale et j’en passe tant Jean Marie étaient sur tous les terrains organisationnels, politique et humanitaire. Jean Marie faisait partie de ceux qui mouillait continuellement le maillot aux cotés des militants de base.

15 années de temps fort dans les bons et les mauvais moments, de prise de tête mais aussi surtout de fous rires (Comité Anti Dépression)

15 années de lutte, au sens propre du terme, sur le terrain. En corse, mais aussi en France. Manifestations, actions coups de poing, occupations avec de temps en temps quelques échauffourées avec les forces de répression, qui chaque lundi et mardi nous voyait arriver devant la préfecture, le commissariat, les casernements militaires. Homme de conviction, militant de la LLN, il n’a eu de cesse de défendre l’unité du mouvement national, en défendant les prisonniers politiques de Sulidarità mais en portant aussi les prisonniers politiques des autres listes. Militant complet de la Lutte de Libération National, il m’aura formé avec d’autres, à être un militant pendant toutes ces années.

Il y a plus de 400 photos sur cette page, il y en a encore autant non publiées. j’espère que toutes ces mobilisations passées, et à venir,  paieront un jour, pour qu’enfin, la paix et la libération de tous les prisonniers soient enfin réalisées. Il y a sur ces photos d’autres militants qui, aujourd’hui nous ont quitté et qui, ont accompagné Jean Marie tout au long des mobilisations du C.A.R/Sulidarità.

Si une vidéo doit résumer mon texte, c’est celle de notre manifestation lors de la venue en corse du gouvernement Sarkozy. Pour arriver devant la Préfecture quadrillée, il nous a fallu beaucoup d’ingéniosité… Le « rendez vous, vous êtes cernés » alors que les forces de répression coloniale sont en nombre, aura fait rire et sourire d’un cotés comme de l’autres, juste avant qu’on en arrive à la distribution de châtaigne, spécialité nustrale.

Ces actions, comme le blocage des ports et aéroports, bloquer les « 14 juillet », ou des ronds points, ainsi que, d’aller manifester à Toulon chez « l’ennemi politique », de ne pas respecter le trajet imposé par la Préfecture, le contourner, ne pas s’arrêter à la Pref, monter occuper l’Assemblée de Corse, sont et resterons l’image que j’ai de Jean Marie Poli. Celles d’un résistant Corse.

AnTo FpcL


rassemblement contre le conseil des ministres par antofpcl

 

2001

2003

2004

2005

2006

 

2007

2008

2009

^SUXWè _

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)