X

Corsica Libara apporte son soutien à Francois Antonini  agriculteur de Montegrossu dont l’exploitation viendrait a être démantelée si les terres qu’il exploite depuis 30 ans lui étaient retirées

Corsica Libera fait part de son inquiétude à l’égard de mécanismes qui, menacent encore davantage la pérennisation et le développement d’une agriculture de production au détriment de projets spéculatifs..

Comme dans l’affaire Seni à Coghja, c’est la validité du  bail qui est remise en cause par des propriétaires soucieux de se débarrasser de locataires peu lucratifs afin de les remplacer par des touristes ; nous n’accepterons pas que des corses travaillant la terre soient expulsés pour permettre une spéculation.

Dans cette affaire, Corsica Libera partage l’analyse formulée par les agriculteurs lors de l’audience d’appel intervenue au mois d’octobre dernier.

Il est pour nous intolérable qu’en l’état actuel du droit français, le propriétaire d’un bien foncier puisse rompre une convention de pâturage dûment contractée au profit d’ un éleveur , avec pour perspective évidente la réalisation d’une opération immobilière et sous  prétexte de la poursuite d’une activité agricole fictive.

En l’espèce, il s’agit de transformer des pagliaghji en résidences à vocation locative.

Afin de se prémunir face à ce genre de logiques spéculatives, il est indispensable de mettre fin aux mécanismes permettant actuellement de tels procédés.

Dans la ferme intention de lutter contre ces tentatives d’urbanisation résidentielle déguisée, Corsica Libera suivra ce dossier avec la plus grande vigilance et s’associera notamment, par l’intermédiaire de ses élus, à la démarche de la FDSEA de Haute-Corse afin d’obtenir, à travers l’élaboration du futur PADDUC, l’adoption d’une norme encadrant la possibilité de transformation d’un bâtiment agricole en zone non-constructible comme cela est le cas dans d’autres pays européens.

Corsica Libera apportera son soutien à M. Antonini, quelque soit l’issue du délibéré qui sera prononcé le 7 décembre prochain par le TGI de Bastia.

La terre Corse appartient aux Corses et à ceux qui la travaillent, Nous appelons le Peuple Corse à la solidarité et à la mobilisation, nous devons nous opposer à la destruction des exploitations agricoles.

Corsica Libera

 

Le règne de l’argent, le marché immobilier ne peuvent régenter l’avenir de la corse et faire disparaitre ce qui reste de notre patrimoine agricole et ceux qui dans la tradition pastorale occupent l’espace luttant chaque jour contre la désertification et le nivellement de notre culture

 

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)